in

Ils réparent des circuits défectueux en s’inspirant des fourmis !

Crédits : Wikimedia Commons

Des chercheurs ont mis au point un système d’auto-assemblage de nanoparticules destiné à réparer des circuits électriques défectueux. Le fait est que ce système a été inspiré par une capacité d’entraide bien spécifique des fourmis.

Un système basé sur le biomimétisme

Les fourmis sont capables de se rassembler et de former un pont afin que la colonie entière puisse traverser entre deux points situés en hauteur. Cette surprenante capacité d’entraide a été reprise par des chercheurs l’Université de Hong Kong, comme l’indique l’étude publiée dans la revue ACS Nano le 23 avril 2019. Les chercheurs ont indiqué avoir réussi à réparer des circuits électriques endommagés grâce au système d’auto-assemblage de nanoparticules de leur invention, baptisé Microswarm.

Le système contient une solution de nanoparticules magnétiques d’oxyde de fer (Fe2O3) recouvertes d’une couche d’or afin d’obtenir une conductivité. Lorsque ces nanoparticules sont soumises à un champ magnétique, elles se rassemblent afin de former un genre de ruban conducteur. De plus, le champ magnétique peut également se régler afin d’ajuster l’épaisseur et la longueur de ce fameux ruban. Une fois le système éteint, le ruban sèche et se solidifie.

Les recherches se poursuivent

Les meneurs de l’étude ont indiqué avoir pu réparer des circuits électriques à l’échelle microscopique. Il s’agissait d’obtenir une liaison stable et sans interruption entre deux électrodes déconnectées. Comme le montre le schéma ci-dessous, il s’agit du même principe que les ponts de fourmis.

Un système d’autoassemblage de nanoparticules s’inspirant des ponts créés par les fourmis !
Crédits : Hong Kong University

En revanche, le système fonctionne seulement dans le cas de circuits en deux dimensions. Les chercheurs poursuivent leurs travaux en espérant obtenir une meilleure précision au niveau de l’assemblage des nanoparticules dans la solution. Logiquement, la poursuite des recherches permet d’espérer la mise en place de connexions en trois dimensions.

Le biomimétisme montre encore une fois la volonté de la Science de s’inspirer de la Nature afin d’inventer ou d’innover. Dernièrement, nous évoquions la mise au point de capteurs inspirés des terminaisons nerveuses des araignées, au niveau de leur peau. Il s’agit à terme d’améliorer la navigation des drones et des véhicules autonomes.

Voici une impressionnante démonstration en vidéo :

Sources : Phys.orgChemistry World

Articles liés :

Ce matériau capable de biomimétisme peut réguler sa température !

Ce robot s’inspire des crevettes pour percer la roche !

Des cafards et des serpents robotisés dans les entrailles de nos avions ?