in

Ils parviennent à faire repousser partiellement une patte de grenouille !

Crédits : Wikimedia Commons

Et si un jour, la médecine pouvait faire repousser une jambe ou un bras chez des patients humains ? Des chercheurs américains ont pu régénérer en partie une patte de grenouille en utilisant une sorte de bioréacteur !

La régénération dans le règne animal

Il existe plusieurs animaux capables de régénérer un membre amputé, comme le triton (patte), un amphibien apparenté aux salamandres. Citons également les lézards, qui peuvent faire repousser leur queue ainsi que les crabes capables de retrouver leurs pinces.

Par ailleurs, le champion en la matière est un petit invertébré marin en forme d’outre : l’ascidie – ayant fait l’objet d’une longue publication du CNRS en 2017 – et capable de renouveler ses tissus très rapidement après de graves lésions. En revanche chez les mammifères, si certains tissus tels que la peau peuvent se régénérer tout au long de la vie, faire repousser un membre perdu est tout simplement impossible.

Ascidie Halocynthia papillosa – Crédits : Wikimedia Commons

Une grenouille comme cobaye

Des scientifiques de l’Université Tufts de Boston (États-Unis) espèrent qu’il sera un jour possible de régénérer les membres humains. Leurs recherches publiées dans la revue Cell Reports le 6 novembre 2018 ont porté sur le xénope (Xenopus laevis), une grenouille – très utilisée en biologie – que l’on trouve en Afrique.

L’individu adulte de cette espèce a perdu avec le temps les capacités régénératives de sa jeunesse. Après une amputation, celui-ci va seulement produire un cartilage en forme d’épine. Or, les chercheurs ont mis au point un bioréacteur portable qui a été capable d’apporter localement de la progestérone, une hormone sexuelle féminine ayant des propriétés liées à la régénération. Les chercheurs ont également indiqué que cette hormone serait capable – dans le cadre d’une réponse immunitaire – de favoriser la guérison et la repousse des vaisseaux sanguins, ainsi que des os !

Un traitement étonnant !

Le bioréacteur en question prend la forme d’une petite boîte avec un hydrogel contenant de la progestérone. Ce dernier a été cousu sur la blessure à la patte arrière d’un xénope. Il faut savoir que le bioréacteur a été pensé pour délivrer l’hormone durant un jour complet avant d’être retiré.

Les résultats ont montré que le membre pouvait être partiellement régénéré en lieu et place de l’épine de cartilage. Ce nouveau membre prend la forme d’une patte plate comme une sorte de raquette, cependant dénuée de pied. Cette nouvelle patte n’est pas très fonctionnelle – bien que le mouvement des cobayes en était amélioré – mais les chercheurs ont tout de même noté la présence d’os, de nerfs et de vaisseaux sanguins en plus du cartilage !

L’expression des gènes a donc été influencée par une exposition au bioréacteur de seulement 24 heures, ce qui est une sacrée prouesse. En effet, il est surprenant qu’un si bref traitement puisse enclencher un long processus de régénération ! Les chercheurs pensent que si cela a été possible pour les grenouilles, cela pourrait éventuellement l’être pour les humains. Les recherches se poursuivent donc, alors que la prochaine étape réside dans le fait de trouver les molécules idéales à utiliser, des molécules ayant déjà fait leurs preuves à l’état embryonnaire.

Sources : ZME ScienceFutura Sciences

Articles liés :

Des chercheurs ont mis au point un os synthétique qui stimule une régénération osseuse !

Un implant biodégradable de la taille d’un ongle pour régénérer les nerfs !

Ils ont mis la main sur une « hormone de jouvence » capable de régénérer les muscles !