in ,

Ils ont cuit du pain avec une levure égyptienne vieille de 4 500 ans

Crédits : capture d'écran Twitter

Que diriez-vous de saucer votre assiette, ou de manger votre fromage, avec du pain préparé à l’aide d’ingrédients vieux de 4 500 ans ? C’est à peu de chose près ce que vient d’expérimenter Seamus Blackley, concepteur de jeux vidéo américain.

Jonathan “Seamus” Blackley n’est pas qu’une figure emblématique de l’industrie du jeu vidéo (il est d’ailleurs l’un des principaux architectes de la console Xbox). C’est également un passionné de sciences physiques, d’aviation, de jazz, d’histoire… et de boulangerie. Il s’est d’ailleurs récemment lancé un défi pas comme les autres. Accompagné de l’égyptologue Serena Love et du microbiologiste Richard Bowman, l’homme a en effet entrepris de faire cuire du pain élaboré à partir d’une levure vieille de 4 500 ans, incrustée dans d’anciennes poteries.

Les trois compères expliquent plus précisément avoir pu collecter – grâce à un procédé non destructif – des levures et des bactéries en sommeil à l’intérieur des pores en céramique des pots utilisés dans l’Ancien Empire. Des reliques actuellement conservées dans les collections du musée des beaux-arts de Boston et du musée Peabody, à Harvard. Ces petites quantités de levures ont ensuite été mélangées avec de l’huile d’olive non filtrée et des céréales consommées à l’époque. Comme de l’orge, du kamut et du petit bourgeon. La pâte obtenue, pétrie et levée, a ensuite été placée dans le four. Et voilà le résultat !

«L’arôme est incroyable et nouveau. C’est beaucoup plus sucré et plus riche que le levain auquel nous sommes habitués», a-t-il tweeté. Il évoque également une mie «légère et aérée», ainsi que des saveurs «incroyables».

La nourriture de l’ancienne Egypte

Ce genre de petite expérience, outre le côté “insolite”, nous permet au passage de mieux appréhender le régime alimentaire des anciens égyptiens, composé essentiellement de pain.

À l’époque, les grains étaient placés dans un grand mortier en pierre, avant d’être pilés avec des massues. Venait ensuite l’opération du tamisage. La matière obtenue était alors placée dans une meule, constituée de deux auges en pierre. Des femmes aplatissaient les résidus de grains en les faisant rouler dans une des auges, et plaçaient la farine obtenue dans la seconde auge. On tamisait de nouveau le contenu dans le but d’obtenir une farine encore plus fine. Pendant ce temps, des moules coniques étaient disposés dans un four. Une fois assez chauds, on y versait ensuite la pâte qui venait d’être pétrie au levain.

Notons également que ce n’est pas la première fois que des chercheurs utilisent des levures anciennes pour recréer des recettes “d’antan”. Il y a quelques mois en effet, une équipe de l’Université Bar-Ilan, en Israël, annonçait avoir brassé de la bière à partir de levure extraite d’anciennes jarres vieilles de plus de 3 000 ans. De quoi nous donner une idée plus précise de cet ancien breuvage apprécié des pharaons.

Source

Articles liés :

Pourquoi ne faut-il pas donner de pain aux oiseaux ?

Contre le gaspillage alimentaire, les britanniques recyclent le pain en bière

Les traces de pain les plus anciennes jamais découvertes