in

Ils ont créé un matériau imprimé en 3D pouvant atteindre jusqu’à 40 fois sa taille initiale !

Crédits : capture vidéo / Mashable

Des chercheurs étasuniens ont mis au point une résine moussante destinée à l’impression 3D. Or, celle-ci peut peut atteindre jusqu’à 40 fois sa taille initiale. Cette propriété permet donc d’obtenir des objets beaucoup plus grands sans avoir besoin d’énormes imprimantes 3D. Il s’agit là d’une innovation très prometteuse dans de nombreux domaines, dont l’aérospatial.

Une résine inspirée des os humains

L’impression 3D n’en finit plus de progresser. Fin 2019, des chercheurs de l’Université Rice (États-Unis) ont créé un polymère imprimé en 3D capable de de résister à une balle de pistolet envoyée à 5,8 km/s. Plus récemment, l’impression 3D a une nouvelle fois fait ses preuves avec la crise du Covid-19. Citons la fabrication de maisons pour héberger les patients en quarantaine en Chine ou encore la confection de masques par Michelin et autres pièces de respirateur.

Dans leur étude publiée récemment dans la revue ACS Applied Materials & Interface, des chercheurs de l’Université de Californie à San Diego (États-Unis) décrivent un matériau très prometteur. Il s’agit d’une résine moussante inspirée des os humains et capable d’atteindre 40 fois sa taille initiale grâce à l’impression 3D. Ceci est très intéressant dans la mesure où la taille des objets est généralement limitée par celle de l’imprimante.

impression 3D resine
Crédits : UC San Diego

« Nous avons développé une résine prépolymère moussante pour la fabrication d’additifs lithographiques, qui peut être étendue après impression pour produire des pièces jusqu’à 40 × plus grandes que leur volume d’origine. Cela permet de fabriquer des structures beaucoup plus importantes que le volume de construction de l’imprimante 3D qui les a produites » peut-on lire dans l’étude.

Un matériau d’avenir

Selon les chercheurs, leur résine est le fruit d’un mélange d’hydroxyéthylméthacrylate (HEMA) et d’un agent habituellement utilisé avec les polymères comme le polystyrène. Ainsi, le premier constitue l’élément de base et le second est à l’origine de l’effet moussant permettant l’extension de la résine. Le matériau a été pensé pour être utilisé dans les imprimantes 3D par stéréolithographie (SLA). Or, les chercheurs ont mené des tests au moyen de designs simplistes générés par ordinateur. Après avoir imprimé les objets, ils ont chauffé ces derniers à 200 °C durant une dizaine de minutes et ont ainsi pu les étirer.

De nombreux domaines pourraient s’intéresser à cette résine. Citons par exemple la biomédecine, l’architecture ou encore l’aérospatial. En effet, l’impression 3D soutient déjà le développement des fusées en réduisant leur temps de fabrication. Nul doute qu’avec un tel matériau, les possibilités deviendraient encore plus intéressantes.

Voici une vidéo de présentation du projet publiée par Mashable :