in ,

Ils mettent au point un détecteur de sarcasme sur les réseaux sociaux !

Crédits : Deagreez / iStock

Dernièrement, des chercheurs étasuniens ont dévoilé un détecteur de sarcasme à destination des réseaux sociaux. Un jour peut-être, ce genre de travaux pourraient être à l’origine d’une véritable révolution concernant la stratégie de modération des différentes plateformes.

Identifier des mots repères sarcastiques

Le sarcasme est une moquerie ironique que l’on peut parfois considérer comme une forme d’ironie “piquante” ou belliqueuse. À l’inverse de l’ironie qui implique de dire le contraire de ce que l’on pense en faisant comprendre que l’on pense le contraire de ce que l’on dit, le sarcasme va un peu plus loin. En effet, il s’agit de dire le contraire de ce que l’on pense, sans montrer qu’on pense le contraire de ce que l’on dit. Ainsi, lorsqu’une personne tient des propos sarcastiques, il n’est pas toujours évident de le déceler. Face à face, il est possible d’observer certains gestes ou expressions faciales pouvant éventuellement trahir l’interlocuteur en question. En revanche, lorsqu’il s’agit d’un commentaire sur les réseaux sociaux, repérer le sarcasme devient bien plus difficile.

Dans une étude publiée dans la revue Entropy le 26 mars 2021, un duo de chercheurs de l’Université de Floride centrale (États-Unis) explique avoir mis au point leur propre détecteur de sarcasme. Ce dernier se destine à un usage sur les réseaux sociaux. Les chercheurs ont indiqué avoir utilisé le deep learning pour mettre au point un système capable d’identifier des “mots repères” sarcastiques et d’analyser les dépendances entre ces mots afin de qualifier (ou non) le commentaire de sarcastique.

fille smartphone
Crédits : PR Fundsachen / Flickr

Un outil pouvant intéresser les réseaux sociaux

Ainsi, l’outil que les chercheurs ont élaboré peut faire la distinction entre des moqueries ironiques et un véritable discours de haine. Les auteurs de l’étude n’ont pas communiqué leur taux de réussite, mais selon eux les résultats sont plutôt convaincants. Évidemment, l’intelligence artificielle a encore du travail pour arriver au niveau humain (modérateurs) en ce qui concerne le repérage du sarcasme en ligne. Toutefois, si l’IA atteint un jour un très haut niveau de performance, nul doute que les grands réseaux sociaux s’intéresseront à ce type de recherches.

Les chercheurs de l’Université de Floride centrale ne sont pas les seuls à avoir mené ce genre de travaux. En novembre 2020, des scientifiques de l’Académie des Sciences de Pékin (Chine) ont élaboré un système s’appuyant sur les données de Twitter. L’IA en question prend en compte les hashtags présents dans les commentaires afin de mieux cerner l’état d’esprit de l’internaute. Or, ce modèle aurait un taux de réussite de 83 % !