in

Ils identifient l’« empreinte digitale » du Groenland sur la hausse du niveau des mers

Crédits : NOAA.

Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à isoler l’empreinte laissée par la fonte du Groenland sur l’élévation du niveau des mers. Cette empreinte caractérise la géométrie de l’élévation correspondante, avec une baisse autour de l’Île (car l’attraction gravitationnelle diminue localement) et une hausse amplifiée à plusieurs milliers de kilomètres. Les résultats ont été publiés dans la revue Science ce 29 septembre.

Le niveau moyen des océans s’est élevé d’une vingtaine de centimètres depuis le début du vingtième siècle, le rythme d’élévation s’étant lui-même accéléré sur la période. En effet, si ce dernier était de l’ordre du millimètre par an entre 1900 et 1970, il est passé à près de quatre millimètres par an entre 2006 et 2018.

L’élévation hétérogène du niveau des mers

Une propriété dont on parle moins tient à la géométrie de l’élévation. En effet, l’eau ne monte pas partout au même rythme, comme elle le ferait dans une baignoire. Certaines régions sont bien plus exposées que d’autres. Or, cette géométrie porte en elle l’empreinte digitale (fingerprint) des contributions liées aux glaciers et aux calottes glaciaires. Toutefois, la détection et l’attribution de ces empreintes sont restées des tâches complexes qui n’avaient encore jamais abouti.

Dans une nouvelle étude, une équipe de chercheurs a réussi à mettre au jour la première d’entre elles, qui concerne la perte de masse du Groenland et des îles avoisinantes. La mise à disposition de nouvelles données satellitaires aux hautes latitudes de l’hémisphère nord entre 1993 et 2019 a permis aux chercheurs d’évaluer avec une précision inégalée la correspondance entre l’empreinte simulée par les modèles et celle retrouvée dans les observations.

niveau des mers
Relèvement du niveau marin entre janvier 1993 et août 2021, en millimètres par an. Crédits : AVISO / Copernicus.

Le verdict est ans appel puisque la correspondance affiche 99,9 %. « Ce fut un moment vraiment, vraiment excitant pour nous tous. Il y a très peu de moments en Science qui fournissent une clarté aussi simple et remarquable sur des processus terrestres complexes », rapporte Sophie Coulson, auteure principale de l’étude.

De l’importance de la théorie des empreintes digitales

Comprendre comment la fonte des glaciers module la géométrie du relèvement marin est capital à plusieurs égards. « Les projections du niveau de l’océan, la planification urbaine et côtière, tout cela a été construit sur l’idée des empreintes digitales, c’est pourquoi elles sont si importantes », détaille Jerry X. Mitrovica, coauteur du papier. « Si la physique des empreintes digitales n’était pas correcte, alors nous devrions repenser toutes les recherches modernes sur le niveau de la mer ».

Les résultats obtenus par les scientifiques confirment au contraire la véracité de la théorie et donc notre capacité à anticiper et à identifier les régions les plus exposées, une condition sine qua non à l’élaboration de plans d’adaptation ou de retrait. « D’autres détections viendront », ajoute Jerry X. Mitrovica. « Bientôt, toute la puissance de la physique des empreintes sera disponible pour projeter les changements du niveau de la mer sur les prochaines décennies, le prochain siècle et au-delà ».