in

Ils découvrent des “dents dermiques” sur les yeux du requin-baleine !

Crédits : Pikist

Une récente étude a permis la découverte de “dents dermiques” sur les yeux du requin-baleine, le plus grand poisson du monde. Cette trouvaille permet de comprendre comment l’animal parvient à protéger sa vue. Les chercheurs ont également annoncé une autre découverte intéressante concernant cette espèce en danger.

Des milliers de dents dermiques pour chaque œil !

Le requin-baleine (Rhincodon typus) est la seule espèce actuelle de la famille des Rhincodontidae. Pouvant atteindre au maximum 20 mètres de long pour une masse de plus de 30 tonnes, il s’agit tout simplement du plus grand poisson vivant actuellement sur Terre. Dénué d’agressivité, ce requin est parfaitement inoffensif pour l’homme. Des chercheurs japonais et étasuniens ont récemment fait une découverte à son sujet, une trouvaille détaillée dans une publication de la revue Plos One le 29 juin 2020. Il est question de la présence de “dents dermiques” au niveau de ses yeux.

Les chercheurs ont pratiqué une analyse par ultrasons des mouvements oculaires sur des spécimens vivants. Ainsi, ils ont pu découvrir environ 2900 dents pour chaque œil ! Il s’agit de couches faisant office de protection, un peu comme les paupières humaines. L’étude a également évoqué un autre terme, celui de “yeux blindés”.

requin baleine
En danger, le requin-baleine n’avait visiblement pas livré tous ses secrets ! Crédits : Pikist

Une caractéristique propre au requin-baleine

Les scientifiques ont déclaré qu’aucun autre elasmobranchii (requins, raies, etc.) n’avait fait l’objet d’une telle découverte. En d’autres termes, les dents dermiques sont une caractéristique propre au requin-baleine. De plus, ces dents dermiques sont différentes des dents présentes sur la peau de l’animal, ces dernières lui permettant de nager plus rapidement.

Selon les meneurs de l’étude, cette découverte permet de démonter l’idée que ce poisson utilise en général très peu sa vue. En effet, l’idée que l’aspect olfactif était privilégié chez le requin-baleine était communément admise jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, l’étude a mis en évidence une autre caractéristique étonnante. Le requin-baleine a également une capacité de rétractation de ses yeux dans ses orbites de 3,3 cm. Or, ceci correspond tout de même à la moitié du diamètre de l’œil !

Enfin, rappelons que le requin-baleine est considéré comme une espèce “en danger” par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Malheureusement, cette dernière a vu ses effectifs diminuer de plus de 50 % au cours des 75 dernières années. Les sous-populations de l’Indo-Pacifique sont visiblement les plus impactées, avec une baisse de 63% des individus.