in

Ils créent une main robotique imprimée en 3D capable de transpirer !

Crédits : Université de Cornell

Afin de refroidir les robots, certains chercheurs tentent d’apporter une solution inspirée des êtres humains : la possibilité de transpirer. Voici l’un des rares projets de ce genre, un prototype de main artificielle capable de transpirer !

Refroidir les robots

Selon un communiqué publié le 29 janvier 2020, cette main artificielle a été mise au point par Rob Shepherd, professeur de génie mécanique et aérospatial à l’Université de Cornell (États-Unis). Si la main en tant que telle semble n’avoir aucune spécificité, la particularité se trouve en réalité au niveau de ses doigts faits de silicone. Il faut savoir que ces doigts comportent de petits conduits en plastique thermoréactif obtenus via l’impression 3D. Or, ces conduits ont le même rôle que les pores de la peau humaine. Ainsi, lorsque la température augmente, les conduits se dilatent et laissent entrer de l’eau d’ordinaire maintenue sous pression.

Rob Shepherd estime que la démocratisation des robots aux composants mous – notamment en médecine – appelle à chercher du coté du maintien de la température. Or, le meneur du projet tente de répondre à une problématique liée aux matériaux. En effet, refroidir les parties d’un métal est moins compliqué que lorsqu’il devient question de composants mous de type silicone ou caoutchouc. Par ailleurs, Rob Shepherd a expliqué que son travail se concentrait surtout sur le développement de nouveaux matériaux chimiques compatibles avec l’impression 3D.

silicone robot transpirant
Pour les chercheurs, refroidir des composants mous est plus compliqué que refroidir du métal.
Crédits : Université de Cornell

Deux défauts à noter

« Nous pensons que ce dispositif est un élément de base d’un robot polyvalent, adaptatif et durable » a notamment déclaré Rob Shepherd.

À terme, il s’agit donc d’intégrer aux robots ce genre de système et les rendre totalement indépendants concernant le maintien de leur température en leur donnant la capacité de transpirer. Toutefois, deux défauts semblent se dégager au niveau de ce projet, comme la nécessité d’avoir une réserve d’eau conséquente afin d’assurer le fonctionnement du dispositif sur la durée. Par ailleurs, un robot transpirant des mains pourrait perdre en adhérence au niveau des objets saisis.

En 2016, nous évoquions un robot humanoide reproduisant le principe de sudation humaine. Les chercheurs de l’Université de Tokyo (Japon) ont eu recours à une technique d’impression 3D spéciale afin d’élaborer un squelette en aluminium tout en modifiant sa perméabilité.

Source

Articles liés :

Cet inventeur a créé le premier robot humanoïde à imprimer en 3D !

Un robot mou à air comprimé pour soutenir l’exploration spatiale !

Ce robot mou est capable de “cicatriser” comme un être vivant