in

Il y aurait (vraiment) beaucoup de mondes aquatiques dans l’Univers

Il y aurait pléthores de mondes aquatiques dans l'Univers. Source : NASA/AMES/JPL-CALTECH

Des milliers d’exoplanètes ont été découvertes, mais peuvent-elles soutenir la vie ? Telle que nous la connaissons, celle-ci a besoin d’eau pour apparaître et évoluer. Bonne nouvelle : une étude propose que l’eau est effectivement une composante majeure des exoplanètes deux à quatre fois plus grandes que la Terre.

Concernant la vie, nous n’avons qu’un modèle : la Terre. Et sur notre planète, la vie a besoin d’eau. Ainsi, dans notre recherche de vie « ailleurs dans l’Univers », tous les regards se portent sur les mondes potentiellement aquatiques. Une récente étude menée par le docteur Li Zeng, de l’Université de Harvard, basée sur les données du télescope spatial Kepler et de la mission Gaia, suggère qu’ils pourraient être légion. Certains contiendraient même beaucoup plus d’eau que notre planète.

Selon le modèle développé par les chercheurs, de nombreuses exoplanètes confirmées – celles deux à quatre fois supérieures en taille à la Terre – pourraient être des mondes remplis d’eau (50 % de la masse, alors que l’eau ne représente que 0,2 % de la masse terrestre). « Cela a été une énorme surprise de réaliser qu’il doit y avoir tant de mondes aquatiques », explique le chercheur. Chose intéressante : en prenant en compte les périodes orbitales de ces planètes, ainsi que leur distance avec leur étoile hôte, il en ressort que ces planètes rocheuses ne seraient pas recouvertes d’océans profonds comme la Terre.

« C’est de l’eau, mais pas comme on en trouve couramment sur Terre, poursuit le chercheur. Leur température de surface devrait se situer entre 200 et 500 degrés Celsius. Leur surface peut être enveloppée dans une atmosphère dominée par la vapeur d’eau, avec une couche d’eau liquide en dessous. En se déplaçant plus profondément, on pourrait s’attendre à ce que cette eau se transforme en glace à haute pression avant d’atteindre le noyau rocheux solide ».

Un type de planète complètement nouveau donc, mais une découverte qui forcément a des implications importantes pour la recherche de la vie au-delà de notre système solaire. Des prochains instruments plus poussés, tels que le futur Télescope spatial James Webb, pourront permettre des mesures spectroscopiques. Elles aideront les astronomes à caractériser les compositions et les atmosphères de ces planètes.

Source

Articles liés :

Cette exoplanète est si chaude qu’elle semble déchirer les molécules d’eau

Exoplanètes : Doit-on redéfinir la notion de « zone habitable » ?

Exoplanète : voici la meilleure candidate pour une vie extraterrestre