in ,

Il y a plus de 60 ans, la CIA dérobait une sonde spatiale soviétique

Crédits : Fry1989 / Wikipedia

En 1959, en pleine Guerre froide, la CIA avait engagé un espion dans le cadre d’une importante mission au Mexique. Celle-ci n’a pas connu la fin espérée et les conséquences auraient pu être très lourdes pour le monde entier.

Une mission très périlleuse

Il est certain que nous ne connaîtrons jamais tous les détails de l’intégralité des événements de la Guerre froide (1947-1991). Opposant le bloc de l’Ouest au bloc de l’Est, ce n’était pas vraiment un conflit armé, mais une période de fortes tensions géopolitiques ayant conduit à une course à l’armement et à la conquête spatiale. Dans une publication du 28 janvier 2021, la MIT Technology Review a relaté une histoire surprenante, digne d’un film de James Bond.

L’affaire commence en octobre 1959, à Mexico (Mexique), où la Central Intelligence Agency (CIA) recrute Eduardo Diaz Silveti. Cet espion a une mission cruciale pour les États-Unis, mais également très risquée. Selon Winston Scott, l’agent secret ayant détaillé les objectifs de la mission à l’espion, tout échec aurait été synonyme de troisième guerre mondiale.

Le but de la mission n’est autre que dérober la sonde spatiale soviétique Luna 3 (ou Lunik 3). Elle venait alors de rapporter les premières images de la face cachée de la Lune. Or depuis plusieurs mois, le programme Corona de la NASA enchaînait les échecs dans l’envoi de satellites-espions. Pour Winston Scott, Luna 3 représentait la clé du succès des Soviétiques dans l’Espace.

Luna 3 maquette sonde
Maquette de la sonde Luna 3 (échelle 1:1) au Memorial Museum of Astronautics de Moscou.
Crédits : Armael / Wikipedia

Beaucoup de risques pour pas grand-chose

Le 21 novembre 1959, les Soviétiques devaient présenter leurs dernières innovations et notamment, la sonde Luna 3 lors d’une exposition. L’espion Eduardo Diaz pensait pouvoir voler l’engin au moment de son débarquement au port. Finalement, il a imaginé un tout autre plan : distraire les Soviétiques avec des prostituées dans leurs chambres d’hôtel pendant que son équipe détourne le camion transportant Luna 3 après l’exposition. Le but était de dérober la sonde avant de la démonter et la prendre en photo pour finalement, la restituer aux Soviétiques à leur insu.

Le jour fatidique, tout se passe à peu près comme prévu. Les Soviétiques alcoolisés et occupés à leur hôtel n’ont pas conscience qu’un agent mexicain remplace le chauffeur du camion transportant la sonde. À 17h30, l’engin est aux mains de l’espion et de son équipe. Dans un hangar à l’extérieur de Mexico, des ingénieurs de la CIA disposent de sept heures pour désosser Luna 3. Ils prennent 280 photos et prélèvent 60 échantillons de liquide et de carburant. À 7 heures du matin, le camion contenant le satellite est bien à l’heure à la gare pour repartir.

Toutefois, Eduardo Diaz et son équipe n’ont pas vraiment dérobé le satellite Luna 3. En effet, ce dernier se trouvait en orbite terrestre à une distance de 500 000 km ! Dans les faits, Luna 3 a été lancé le 4 octobre 1959, soit un mois avant l’opération de la CIA, et les Soviétiques ont perdu son contact le 22 octobre. L’engin s’est désintégré dans l’atmosphère terrestre probablement vers mars 1960. En réalité, la CIA a pris tous ces risques pour finalement dérober un tout autre engin. Il s’agissait probablement de Luna 2, une autre sonde n’ayant jamais réussi un seul lancement.