in

Il y a beaucoup plus d’eau “aspirée” par la Terre que prévu

Crédits : iStock

Les mouvements des plaques tectoniques aspirent environ trois fois plus d’eau vers l’intérieur de la Terre qu’on ne le pensait auparavant, révèle une étude menée dans la Fosse des Mariannes. Les détails de l’étude sont publiés dans Nature.

Sur Terre, l’eau des océans suit un cycle. Une partie est aspirée via les zones de subductions retrouvées au-dessus des plaques tectoniques, se retrouvant dans le manteau terrestre, tandis qu’une autre partie est en même temps rejetée des profondeurs via les éruptions volcaniques sous-marines. On estimait jusqu’à présent qu’autant d’eau était aspirée et rejetée; une récente étude menée dans la Fosse des Mariannes, le point océanique le plus profond de la planète, révèle pourtant une incohérence.

océans Terre
Il y aurait sur Terre trois plus d’eau des océans aspirée que rejetée des profondeurs. Crédits : Pixabay / Fotoworkshop4You

Plus d’eau aspirée que rejetée

Douglas Wiens et son équipe, de l’Université de Washington à Saint-Louis, se sont récemment penchés sur la zone de subduction retrouvée dans la fosse. S’appuyant sur les données de 19 sismographes, les chercheurs ont alors pu se faire une idée du type de roches retrouvé à une trentaine de kilomètres sous le plancher océanique. La vitesse à laquelle les ondes sismiques se déplacent indique alors la quantité d’eau que ces roches peuvent contenir.

Il en ressort alors que près de quatre fois plus d’eau que prévu se retrouverait “aspirée” dans cette région. Dupliqués sur le monde entier, ces résultats signifient alors qu’il y aurait environ trois fois plus d’eau aspirée sous terre que rejetée des profondeurs.

À travers le temps géologique, la quantité d’eau à l’intérieur de la Terre augmenterait et celle à la surface de la Terre diminuerait, explique Douglas Wiens. Cela ne correspond pas aux observations selon lesquelles les océans sont présents sous la forme actuelle depuis au moins 550 millions d’années”. Soit ce n’est finalement pas le cas et le niveau des océans baisse peu à peu en surface pour s’accumuler dans le manteau terrestre, soit nous avons sous-estimé la quantité d’eau rejetée des profondeurs.

Exoplanètes

Toujours est-il que le fait de comprendre le cycle des océans reste essentiel si nous voulons comprendre le passé et le futur géologique de notre planète. Cette recherche est également importante en matière d’exobiologie. L’eau est en effet synonyme de vie sur Terre. Plusieurs mondes océaniques ayant déjà été découverts; il est donc primordial d’appréhender la réaction de ces océans si activités tectoniques il y a.

Source

Articles liés :

Toute l’eau de la Terre ne viendrait pas des comètes, mais alors d’où ?

Sans les eaux peu profondes, la vie complexe ne pourrait pas évoluer

Quelle quantité d’eau le corps humain contient-il ?