in

Il y a 518 millions d’années, ces arthropodes étaient lourdement armés

Crédits : Xiaodong Wang; Liu, Ortega-Hernández and al. BMC Evolutionary Biology (2020); (CC BY 4.0)

Il y a environ 518 millions d’années, tapis dans les fonds marins, de petits arthropodes ressemblant à des crevettes libéraient des centaines de “poignards” pour déchiqueter leurs proies.

Dans les années 1980, le Professeur Huilin Luo, désormais à la retraite, découvre un petit fossile dans le biote de Chengjiang, dans la province chinoise du Yunnan, un site connu pour ses restes datant du Cambrien. On pensait, à l’époque, qu’il n’était autre qu’un représentant de l’espèce Jianshania furcatus, un des premiers types d’arthropodes connus.

Une récente ré-analyse du fossile permise grâce aux technologies modernes – ici en l’occurence, un scanner micro CT (tomographie par rayons X) – nous révèle aujourd’hui qu’il représente en réalité une toute nouvelle espèce.

Cette petite créature, fraîchement baptisée Xiaocaris luoi (qui signifie littéralement “les petites crevettes de Luo”), vient de faire l’objet d’une publication dans la revue BMC Evolutionary Biology.

Une petite créature armée de 810 “couteaux”

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce petit arthropode détonne. Il n’était pas très grand – environ deux centimètres de long – mais il se distinguait par son “jeu de jambes”. En effet, Xiaocaris luoi présentait 27 paires de pattes (donc 54 en tout), chacune développant jusqu’à 15 épines ressemblant à des poignards, selon l’étude. Ce qui nous fait au total 810 épines  tranchantes.

« [C’est] un parent ancien des araignées, des mille-pattes, des crevettes et des insectes d’aujourd’hui, mais avec beaucoup plus de pattes que ce à quoi on pourrait s’attendre pour un arthropode, explique Yu Liu, de l’Université du Yunnan. Normalement, un arthropode n’a qu’une paire de pattes par segment de tronc – les mille-pattes d’aujourd’hui en ont deux, mais Xiaocaris luoi, il y a 518 millions d’années, en avait quatre. Cela le distingue de tout arthropode vivant ou éteint ».

« Il s’agissait d’un minuscule animal, mais néanmoins assez bien équipé pour le nettoyage, ajoute Javier Ortega-Hernández, professeur de biologie organismique et évolutive à l’Université Harvard, qui co-signe ces travaux. L’écologie de ses membres suggère qu’il pouvait probablement déchiqueter de la matière organique et des restes d’animaux mous, tels que des vers, tapis sur le fond marin ».

crevettes arthropodes
Crédits : Xiaodong Wang; Liu, Ortega-Hernández et al. BMC Evolutionary Biology (2020); (CC BY 4.0)

Un petit arthropode très “primitif”

Les chercheurs ont également remarqué un certain nombre d’autres caractéristiques physiques.

Il était armé d’un exosquelette dur pour se protéger des prédateurs. Les scientifiques ont également isolé la présence, au-dessus de sa tête, d’un petit casque protecteur en forme de boomerang. En outre, ses deux antennes élancées, utilisées pour détecter son environnement, présentaient 18 segments.

Enfin, de manière un peu surprenante, si certaines de ses pattes étaient plus grandes que d’autres, elles avaient en revanche toutes la même forme. Pour les chercheurs, cela signifie qu’aucune paire de patte n’avait de fonction bien spécialisée. « Une organisation aussi simple suggère un niveau relativement “primitif” de Xiaocaris luoi dans l’évolution des arthropodes », concluent-ils.

Source