in

Une idée de ce qu’il arrivera au Soleil dans 8 milliards d’années

soleil
Crédits : iStock

Une équipe internationale d’astrophysiciens est parvenue pour la première fois à observer la surface d’une étoile géante baptisée Pi Gruis, nous donnant une idée du destin de notre Soleil dans plusieurs milliards d’années.

Qu’adviendra-t-il de notre Soleil dans quelques 8 millions d’années ? Il semble que l’on en ait désormais une petite idée après qu’une équipe internationale d’astrophysiciens, dirigée par des chercheurs de l’Institut d’Astronomie et d’Astrophysique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) a observé la surface bouillonnante de Pi Gruis, une géante rouge. Une grande première détaillée dans la revue scientifique Nature.

Distante de pas moins de 530 années-lumière de la Terre et située dans la constellation de la Grue, Pi Gruis est une géante rouge de température peu élevée. Sa masse est semblable à celle de notre Soleil alors que son diamètre est 350 fois plus grand et sa brillance des milliers de fois supérieure. Dans 5 milliards d’années environ, notre Soleil gonflera au point de devenir semblable à une géante rouge.

L’observation de sa surface bouillonnante est une prouesse qui a été rendue possible par l’utilisation de l’instrument PIONIER installé sur le Very Large Telescope de l’ESO (European Southern Observatory). « Grâce à cette technique, l’équipe de chercheurs a pu reconstruire l’image de la surface de l’étoile. Une prouesse technique qui équivaut à observer des motifs gravés sur une pièce de 1 euro placée à une distance de 230 000 km, soit un peu plus de la moitié de la distance Terre – Lune », explique l’Université Libre de Bruxelles. Il est ainsi apparu que la surface de cette géante rouge était couverte d’un nombre restreint de cellules convectives, ou granules, qui s’étendent sur quelques 120 millions de kilomètres, ce qui représente le quart du diamètre stellaire.

Ces observations apportent surtout des enseignements « sur le futur de notre étoile : le Soleil », précise l’Université. Pi Gruis est en effet une étoile de masse à peine plus élevée que ce dernier – 1,5 fois – mais s’étend sur un rayon 330 fois plus grand. « À l’échelle du système solaire, Pi Gruis engloberait l’orbite de la planète Mars. C’est ce qui risque également de se produire pour le Soleil dans 8 milliards d’années environ. S’il suit, comme prévu, les traces de Pi Gruis, les 2 millions de cellules de convection qu’il présente actuellement sur sa surface se transformeront en quelques structures géantes comme celles qui viennent d’être découvertes », projettent les chercheurs.