in ,

Une IA capable de prédire les décès prématurés au sein d’une population

mort décès
Crédits : KatarzynaBialasiewicz / iStock

Au Danemark, une intelligence artificielle a été utilisée pour prévoir la mort de personnes dont l’âge se situe entre 35 et 65 ans. Selon les chercheurs, cette innovation ne doit pas tomber dans les mains d’entités pouvant tirer profit de ces informations, notamment les compagnies d’assurances.

Une IA spécialiste des statistiques

À l’instar de la prédiction des crimes par exemple, la prévision des décès prématurés fait partie des champs de recherche actifs des scientifiques travaillant sur l’intelligence artificielle. Or, une équipe de l’Université de Copenhague (Danemark) a justement publié des travaux sur le sujet dans la revue Nature Computational Science le 18 décembre 2023. Les chercheurs ont affirmé avoir alimenté une IA à l’aide de données concernant la population danoise dans son ensemble, soit environ 5,5 millions de personnes.

L’objectif ? Mieux anticiper les crises sociales et sanitaires, et ce, au-delà de la simple prévision des décès prématurés. Les données concernent la période 2008-2020 et intègrent des éléments variés : niveau de revenus, parcours académique, rendez-vous médicaux ou encore admissions à l’hôpital. Ces mêmes données ont intégré une IA baptisée Life2vec, dont la spécialité est le calcul de probabilités et de statistiques.

analyse statistique probabilités
Crédits : NicoElNino / iStock

Une IA à ne pas placer dans n’importe quelles mains

Si l’IA a été formée à l’aide des données issues de l’intégralité de la population danoise, les chercheurs se sont ensuite concentrés sur un groupe de personnes âgées de 35 à 65 ans, dont la moitié a perdu la vie sur la période 2016-2020. Les auteurs ont alors demandé à l’IA de prévoir quelles personnes avaient survécu. Ceci a été réalisé avec une efficacité 11 % supérieure à celle de l’IA qui était jusqu’à présent considérée comme étant la plus performante dans ce domaine.

Toutefois, ce genre d’innovation doit faire l’objet d’un soin tout particulier, de l’aveu des scientifiques eux-mêmes. Pour Sune Lehmann Jørgensen, principal auteur de ces travaux, ce type d’IA ne devrait pas tomber entre de mauvaises mains. Le chercheur pense notamment aux compagnies d’assurances, dont l’objectif est de transmettre à tous les clients l’idée qu’il est impossible de prévoir qui sera concerné par tel ou tel incident ou accident, ainsi que leurs conséquences.

Néanmoins, l’expert pense déjà à l’emploi futur de ce genre de technologie. Il s’avère qu’à l’heure actuelle, et ce, depuis plusieurs années, de grosses sociétés utilisent une quantité phénoménale de données afin de prévoir certains comportements, notamment en ce qui concerne la consommation. Ainsi, une IA capable de prévoir les décès prématurés intéressera forcément certaines de ces entreprises.