in

HyperloopTT présente son concept de transport de containers ultra-rapide

Crédits : capture YouTube / HyperloopTT

Lancé depuis presque une dizaine d’années, le projet de recherche concernant l’Hyperloop avance doucement. Parmi les sociétés travaillant sur le développement de cette technologie, nous retrouvons HyperloopTT. Cette dernière a récemment présenté HyperPort, un concept de transport de containers aussi rapide qu’un avion.

Des containers à sustentation magnétique

En 2013, Elon Musk lançait le projet de recherche industriel Hyperloop. En théorie, il est question d’un double tube surélevé et sous basse pression dans lequel se déplacent des capsules à plus de 1 000 km/h via un système de sustentation électromagnétique. Si en 2018, l’ingénieur français François Lacôte qualifiait cette technologie de « formidable escroquerie technico-intellectuelle », ceci n’empêche pas plusieurs sociétés de travailler à son développement.

Parmi ces sociétés, nous avons Virgin Hyperloop, TransPod ainsi que HyperloopTT, cette dernière ayant récemment fait parlé d’elle. Dans un communiqué du 6 juillet 2021 accompagné d’une vidéo de présentation (voir en fin d’article), la start-up détaille un concept qui se destine au transport de fret : HyperPort.

Mis au point en partenariat avec Hamburger Hafen und Logistik AG (Allemagne) et CT Ingenieros (Espagne), ce concept HyperPort consiste à faire léviter des containers à sustentation magnétique (Maglev). HyperloopTT a également déclaré vouloir faire glisser ces containers à très grande vitesse (600 km/h) dans des tubes où le frottement et la résistance de l’air sont au plus bas.

HyperloopTTHyperPort transport fret
Crédits : capture YouTube / HyperloopTT

Un projet encore balbutiant

« Le système Hyperport est une solution plug’n’play pour les opérateurs portuaires, capable de transporter du fret dans des containers sur des centaines de kilomètres en quelques minutes. […] Le système peut déplacer 2 800 équivalents vingt pieds par jour dans un environnement fermé qui élimine tout croisement pour augmenter la fiabilité, l’efficacité et la sécurité des personnels« , peut-on lire dans la publication de HyperloopTT.

Si les chiffres que la start-up avance semblent fous, le concept comptabilise tout de même aujourd’hui plus de 20 000 heures d’étude. Toutefois, nous sommes encore très loin d’une application dans le monde réel. Le concept pourrait cependant permettre de réaliser d’importantes économies sur le long terme, même dans sa version relative au transport de passagers.

Enfin, si l’investissement initial, pour l’instant manquant, représente sans doute un important frein, la question énergétique se pose également. En effet, ce genre de projet ne pourrait être 100 % neutre d’un point de vue environnemental, mais l’espoir se situerait dans un apport en énergie verte. Dans ce cas, ce genre de projet aura peut-être une sérieuse carte à jouer face aux autres types de transport, dont l’impact écologique n’est plus un mystère.