in

Hydroxychloroquine : deux nouvelles études contestent son efficacité face au Covid-19

Crédits : capture d'écran Twitter France Info

Deux nouvelles études suggèrent que l’utilisation de l’hydoxychloroquine ne semble pas efficace pour traiter le Covid-19. Que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints.

La chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine, molécules habituellement utilisées contre le paludisme ou certaines maladies auto-immunes, figurent en bonne place sur la liste des traitements potentiels de Covid-19, en raison de leur puissante activité antivirale contre le SRAS-CoV-2 dans les études in vitro et de résultats prometteurs rapportés lors de plusieurs essais. Malgré tout, aucun d’entre eux n’a encore été traduit en avantages cliniques. Et deux nouvelles études publiées semblent aller dans le même sens.

Taux de survie de 91 % sans traitement et de 89 % avec

La première étude a été menée par des chercheurs français. Ces travaux ont porté sur 181 patients adultes admis à l’hôpital avec une pneumonie due au Covid-19 qui nécessitait qu’on leur administre de l’oxygène. Sur cet échantillon, 84 patients ont reçu de l’hydroxychloroquine quotidiennement moins de deux jours après leur hospitalisation, contrairement aux 97 autres.

Résultat, 76% des patients traités à l’hydroxychloroquine ont été admis en réanimation au bout du 21e jour, contre 75% dans l’autre groupe de patients. En outre, le taux de survie au 21e jour était respectivement de 89% et 91%. Autrement dit, le fait de recevoir ou non de l’hydroxychloroquine n’a rien changé, que ce soit pour les transferts en réanimation ou pour la mortalité.

L’hydroxychloroquine a reçu une attention planétaire comme traitement potentiel du Covid-19 après des résultats positifs de petites études. Cependant, les résultats de cette étude n’étayent pas son utilisation chez les patients admis à l’hôpital avec le Covid-19 qui nécessitent de l’oxygène“, concluent les chercheurs de plusieurs hôpitaux de la région parisienne.

hydroxychloroquine
Crédits : Photo News

30 % de patients ont des effets indésirables contre 9 % sans hydroxychloroquine

La seconde étude, menée par une équipe chinoise, portait de son côté sur 150 adultes hospitalisés en Chine avec essentiellement des formes “légères” ou “modérées” de Covid-19. La moitié des patients a reçu de l’hydroxychloroquine pendant quatre semaines, et l’autre non. Là encore, le fait de recevoir ou non ce traitement n’a rien changé sur l’élimination du virus par les patients au bout de quatre semaines.

En outre, 30% de ceux qui avaient reçu de l’hydroxychloroquine ont souffert d’effets indésirables (diarrhée, le plus souvent) contre 9% chez les patients qui n’en avaient pas pris.

Considérés dans leur ensemble, ces résultats ne plaident pas pour une utilisation de l’hydroxychloroquine comme un traitement de routine pour les patients atteints du Covid-19“, estime dans un communiqué de presse la revue médicale britannique BMJ, qui publie les deux études.

Source : AFP