in

De l’hydrogène en poudre sûr et bon marché grâce à un processus révolutionnaire

Crédits : Helmut Feil / iStock

En Australie, des scientifiques disent avoir découvert un processus révolutionnaire pour la production et le stockage en poudre de l’hydrogène. Les perspectives de transition énergétique mondiale pourraient se concrétiser s’il devenait possible de produire cet hydrogène à l’aide d’une énergie décarbonée.

Un processus mécanochimique pour obtenir de l’hydrogène en poudre

Pour beaucoup, l’hydrogène s’imposera en tant que carburant du futur malgré certaines critiques tout à fait recevables. Toutefois, afin que cette énergie se démocratise un jour, elle devra être transformée et stockée dans le respect de l’environnement, et ce, tout en restant viable sur le plan de la sécurité. Or, dans un communiqué du 14 juillet 2022, une équipe de l’Université Deakin (Australie) explique avoir fait une découverte très importante, au point que les expériences ont été répétées des dizaines de fois avant de pouvoir croire y fermement.

Selon les chercheurs, la découverte en question est très différente du savoir communément admis sur la séparation et le stockage des gaz. Le nitrure de bore (BN), un composé chimique thermiquement résistant et stable très connu et déjà beaucoup utilisé dans différentes industries (cosmétique, peinture, transformation du métal, etc.), est au cœur de cette trouvaille.

Lorsque le nitrure de bore se trouve sous forme de poudre, il possède une très bonne capacité d’absorption. Or, les scientifiques y ont eu recours dans le cadre d’un procédé mécanochimique intégrant une sorte de moulin à billes (voir schéma ci-après). En l’occurrence, il est question d’une simple chambre rotative tournant à haute vitesse dans laquelle des billes de métal travaillent à la séparation du gaz. Sous certaines conditions très précises, le nitrure de bore peut absorber l’hydrogène. Ainsi, il devient possible de stocker l’hydrogène sous forme de poudre.

schéma processus mécano-chimique
Crédits : Université Deakin

Une première application dans le secteur du pétrole

Si les perspectives d’une démocratisation d’un hydrogène sûr et bon marché concernent évidemment les véhicules du futur, les chercheurs australiens disent pouvoir tout d’abord apporter une révolution au niveau des procédés en vigueur au sein des raffineries de pétrole. Aujourd’hui, de nombreuses raffineries utilisent en effet la méthode de distillation cryogénique afin d’extraire les éléments intéressants du pétrole brut. Or, le procédé mécanochimique que les chercheurs ont testé pourrait remplacer cette méthode.

Dans tous les cas, les scientifiques avancent une économie en énergie d’environ 90 % pour un coût faible, malgré un temps de traitement considérable. Cette découverte pourrait ainsi se montrer révolutionnaire bien avant que l’hydrogène devienne le carburant du futur tant attendu. En effet, la distillation cryogénique ainsi que la séparation chimique des éléments du pétrole représentent aujourd’hui entre 10 et 15 % de la consommation énergétique mondiale.