in

Selon cette étude, les humains sont naturellement capables de comprendre les poules

Crédits : PeopleImages / iStock

En Australie, des chercheurs ont testé des centaines de personnes et ont conclu que les humains sont capables de comprendre certaines émotions chez les poules. L’Homme serait en effet capable de savoir si une poule est heureuse ou non en écoutant simplement ses gloussements.

Interpréter les cris des poules

La relation entre les humains et les poules a déjà fait parler d’elle récemment. En octobre 2023, des scientifiques japonais ont en effet dévoilé un système basé sur l’intelligence artificielle pour comprendre le langage des poules. L’objectif ? Interagir plus facilement avec ces volailles afin de comprendre leurs différents états émotionnels, et donc leurs besoins.

Et si l’humain avait une capacité innée à comprendre les poules et n’avait finalement pas besoin d’un tel système ? L’école des sciences vétérinaires de l’Université du Queensland (Australie) a publié une étude sur ce sujet dans le journal Royal Society of Open Science le 3 janvier 2024. L’équipe a tenté de prouver que les hommes étaient réellement capables de savoir si une poule est heureuse ou non.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont fait appel à 194 volontaires dont le rôle était d’écouter des enregistrements audio. Il s’agissait de huit appels de poule en attente de récompense et huit appels de poules déjà récompensées. Ensuite, les participants ont donné leurs impressions pour chaque appel en intégrant les notions de plaisir/déplaisir et d’intensité de l’excitation.

poule poulet
Crédits : Sonja Filitz / iStock

Comprendre l’animal dans un contexte de gratification

Bien qu’imparfaits, les résultats ont été très positifs pour les auteurs de l’étude. Pas moins de 69 % des participants ont en effet répondu correctement à l’ensemble des attributions d’émotions. Toutefois, les résultats ont été spécialement bons au sujet des appels de poules déjà récompensées (71 %) en comparaison avec les appels des poules en demande (67 %).

Interpréter les sons des animaux n’est toutefois pas tout à fait quelque chose de nouveau en soi pour les humains. En 2022, une étude danoise a par exemple démontré que les humains peuvent comprendre plusieurs émotions vocalisées parmi les plus intenses chez certains mammifères ongulés comme les cochons, les sangliers, les vaches, les chèvres ou encore les chevaux sauvages. Toutefois, l’étude australienne apporte pour la première fois des précisions sur la perception humaine des animaux dans un contexte de gratification.

Pour les auteurs de ces travaux, le fait que les hommes puissent identifier les cris associés aux récompenses peut présenter des avantages. En effet, il est possible que cela permette une meilleure gestion des poulets d’élevage pour améliorer leur bien-être. Dans un futur proche, des évaluations automatisées des états de bien-être (bons ou mauvais) apparaîtront peut-être également au sein des exploitations.