in

Qu’est-ce que ce “hum” au cœur de nombreuses théories complotistes ?

Crédits : iLexx / iStock

Parmi toutes les nombreuses sources alimentant les théories complotistes existantes, il y a le “hum”, un genre de bruit que seulement 4 % de la population mondiale entendrait. Les premiers témoignages ont fait leur apparition il y a une cinquantaine d’années et une carte les répertorie aujourd’hui.

Le “hum”, un phénomène mondial ?

Illuminati, Terre plate ou encore création du VIH en laboratoire, les théories du complot sont légion. Avec la situation sanitaire actuelle, certaines théories concernent également le coronavirus SARS-CoV-2. Toutefois, il y a une affaire assez peu connue en France donnant également lieu à ce genre de théories : le “hum”, une sorte de bourdonnement à peine audible se déclenchant brusquement. Ce dernier ressemblerait au passage d’un avion s’éloignant ou d’un camion tournant au ralenti.

Comme l’explique le quotidien britannique The Guardian dans un article du 7 juillet 2021, 4 % de la population mondiale serait sensible à ce “hum”. Les premiers témoignages datent des années 1970 à Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Ensuite, le phénomène s’est étendu en Europe avant d’atteindre d’autres contrées comme le Canada ou encore l’Australie.

Depuis 2012, une carte répertorie les témoignages : la World Hum Map and Database. Elle compte aujourd’hui plus de 10 000 localisations ajoutées par les internautes. En France, le phénomène est relativement marginal, mais un site Web intitulé LE Bruit recense lui aussi des témoignages.

sites le bruit hum
Crédits : capture d’écran / LE Bruit

De théories parfois très loufoques

Évidemment, le “hum” alimente toutes sortes de théories. À l’origine, les habitants de Bristol pensaient que le bruit provenait de grands ventilateurs industriels se trouvant dans un entrepôt à Avonmouth, dans la banlieue de la ville. Toutefois, l’entrepôt en question n’existe plus aujourd’hui et le bruit semble persister. En 2015, une étude pilotée par l’Ifremer en France suggérait que la Terre était à l’origine de vibrations naturelles en lien avec le mouvement des vagues sur les plateaux continentaux. Il n’en fallait pas moins pour donner du grain à moudre à ceux percevant le “hum”. Seulement, voilà, ces vibrations se produiraient à des fréquences 10 000 fois plus basses que celles que l’oreille humaine est capable d’entendre.

D’autres sources tentent d’expliquer le bruit par des éruptions volcaniques, des ondes électromagnétiques, la turbulence atmosphérique, les signaux des sous-marins ou encore la foudre. En 1995, des chercheurs ont même utilisé des magnétomètres au Nouveau-Mexique. Cependant, aucune explication ne tient la route. D’autres théories loufoques ont également vu le jour, suggérant des tentatives de contact d’un vaisseau extraterrestre, l’accouplement d’un “yéti” ou encore un genre de trompettes bibliques annonciatrices de la fin du monde. Par ailleurs, certains pensent que le “hum” est une expérience gouvernementale de contrôle mental, intégrant des technologies telles que la 5G.

Jordan Tannahill est un auteur, dramaturge et cinéaste canadien à l’origine de l’ouvrage The Listeners, paru il y a quelques semaines. Interrogé par The Guardian, l’intéressé a expliqué que les individus qui perçoivent le bruit ont le sentiment de détenir une connaissance secrète et privilégiée par rapport au reste du monde.