in ,

Huile de cannabidiol : propriétés, dosage et cadre légal

Crédits : CBD-Infos-com / Pixabay

Actuellement très populaire, le cannabidiol (CBD) notamment sous forme d’huile fait l’objet d’un engouement certain en France depuis 2018. Il faut savoir que cette molécule n’est pas un psychotrope mais bien une substance autorisée sous certaines formes. On lui prête énormément de vertus, bien que seulement certaines aient réellement fait l’objet de recherches scientifiques.

Qu’est-ce que l’huile de CBD ?

Le cannabidiol (CBD) est une molécule faisant partie des nombreux cannabinoïdes présents dans le chanvre (ou cannabis). Contrairement au très connu tétrahydrocannabinol (THC), le CBD ne génère aucun effet psychotrope. Étudié depuis plusieurs siècles et identifié formellement en 1963, le CBD est aujourd’hui très populaire. Évoquons l’huile de CBD, qui n’est ni une huile essentielle ni une huile alimentaire. Toutefois, on peut considérer cette dernière comme un complément alimentaire. Il s’agit en réalité d’une huile bio – de chanvre, coco ou olive – que l’on associe à des extraits de chanvre (fleurs séchées) assurant l’apport en CBD.

La production d’huile se fait via un processus de décarboxylation (extraction au CO2), permettant de convertir les composants inactifs du cannabis en composants actifs. Il s’agit de réduire les fleurs en miettes avant de les chauffer – ou plutôt griller – au four. Ensuite,il suffit de placer l’huile et les fleurs dans un bocal et remplir ce dernier à moitié d’eau. Le tout doit ensuite être bouilli au bain-marie plusieurs dizaines de minutes avant de procéder au filtrage de l’huile. Par ailleurs, il existe une autre méthode : l’extraction par solvant.

huile CBD
Il est possible de considérer le CBD comme un complément alimentaire.
Crédits : Erin_Hinterland / Pixabay

Les propriétés du cannabidiol

Comme dit plus haut, l’huile de CBD a des propriétés propriétés médicinales. Avant d’évoquer les recherches scientifiques sur cette molécule, rappelons le fait que le celle-ci influe sur le système endocannabinoïde. Ce dernier est un ensemble de récepteurs que l’on peut retrouver partout dans notre organisme. Il régit les différents facteurs d’équilibre du corps humain : température, acidité, minéraux, etc. D’une manière générale, le CBD est connu pour agir positivement sur le stress, l’anxiété et la douleur. Ainsi, cette substance est mise en avant pour ses vertus anti-inflammatoires et relaxantes. Néanmoins, le cannabidiol aurait de nombreuses autres propriétés.

Une étude de 2008 indique que le CBD influe sur le corps en rétablissant l’homéostasie de l’organisme, c’est à dire l’équilibre de la température, de l’acidité et du taux de sucre. D’autres recherches menées en 2019 montrent que le cannabidiol module la transmission sérotoninergique et supprime à la fois l’allodynie et le comportement anxieux en cas de douleur neuropathique. Utiliser cette substance serait également utile dans la gestion de la douleur après une lésion de la moelle épinière et dans la prévention des maladies cardiaques.

Ceci dit, nous prêtons d’autres propriétés à l’huile de CBD. Celle-ci serait capable de réduire le blocage des artères, la tension artérielle ou encore le cholestérol. Elle serait également efficace pour prévenir le cancer, l’épilepsie, l’autisme, les maladie de Parkinson et d’Alzheimer ou encore la schizophrénie. Par ailleurs, il se pourrait que l’huile de CBD puisse agir sur les récepteurs de la nicotine et donc, aider les personnes à arrêter de fumer du tabac. Évoquons au passage que le CBD est présent dans plusieurs médicaments dit “officiels”. Citons le Cannador, visant à traiter les symptômes de la sclérose en plaques, de l’anorexie et de différents cancers. Il y a également le Sativex ainsi que l’Epidiolex.

Qu’en est-il du dosage ?

Bien qu’il y ait une absence d’effet psychotrope au niveau de l’huile de cannabidiol, il est tout de même judicieux de veiller à un bon dosage. Pour les personnes recherchant un dosage optimal, il faut savoir qu’il n’existe pas d’apport quotidien recommandé défini (AQR). Autrement dit, le CBD n’a pas de référence de dosage officielle. Bien qu’il n’y ait pas de dosage unique pour tous, il est souvent recommander d’en consommer quelques gouttes par jour seulement.

Par ailleurs, la manière la plus courante de consommer cette huile est également la plus pratique. Il s’agit d’en placer quelques gouttes sous la langue, puis les avaler après une minute d’attente. Cependant, la consommation peut également se faire sous forme de capsules ou en accompagnement d’un aliment.

En ce qui concerne les effets secondaires, le CBD en rassemble quelques uns devant être pris en compte au préalable. Or, il est surtout question de troubles digestifs tels que les vomissements, les diarrhées, ainsi que d’une perte d’appétit. Néanmoins ces effets secondaires sont très supportables, ce qui est loin d’être le cas de toutes les substances disponibles sur le marché. Toutefois, le  dosage joue un rôle important dans l’intensité de ces mêmes effets.

Le cadre légal du CBD

En France, le CBD est illégal au-delà d’une concentration de plus de 0,2% de THC d’après le Code de la Santé Publique. Autorisé à la vente sous forme d’e-liquide (cigarette électronique), d’huile, de capsules ou de crèmes, le CBD se trouve aussi sous la forme de pâte ou de fleurs séchées, qui elles, semblent interdites d’après le texte de loi. Pourtant de nombreuses boutiques vendent des fleurs de CBD aujourd’hui. Sous ses autres formes, la vente, l’achat et la consommation ne sont pas visiblement pas condamnables.

Par ailleurs, il faut savoir que le droit communautaire européen prime sur l’interprétation des autorités françaises. Alors que les jurisprudences se sont multipliées depuis 2018, tout le monde semble lorgner du coté de la Cour de justice européenne. Cette dernière prévoit en effet de rendre un jugement afin que tous les acteurs judiciaires d’Europe savent à quoi s’en tenir au niveau du CBD.

En 2019, l’Assemblée Nationale a voté en faveur d’une expérimentation du cannabis à usage médical dans notre pays. Effectivement, le cannabis thérapeutique sera testé sur une durée de deux ans, entre 2020 et 2022. En cas de succès, il pourrait être question d’une généralisation de la pratique. Par ailleurs, l’arrêté du 16 octobre 2020 fixe les spécifications des médicaments à base de cannabis qui seront utilisés pendant cette expérimentation. Le teste évoque également les conditions de financement de la sécurité sociale pour 2020, les conditions de la mise à disposition des médicaments ainsi que les indications thérapeutiques (ou situations cliniques) dans lesquelles s’inscrira leur utilisation.

Comment bien choisir son huile ?

Le marché du CBD en France est très récent. Effectivement, celui-ci est populaire depuis à peine deux ans. Comme pour n’importe quel produit de consommation, il est judicieux de se tourner vers des professionnels connaissant très bien leurs produits. Choisir un bon revendeur permet d’obtenir des conseils, une traçabilité et des précisions sur la fabrication de l’huile de CBD.

Citons par exemple CBD Corner à Paris, prétendant être le leader du cannabidiol dans notre pays. Toutefois, il faut savoir que les magasins de ce genre fleurissent également en province ces derniers temps. Sur sa plateforme, CBD Corner affirme rechercher la qualité des produits avant tout. En termes d’huile, cette société en commercialise quatre ayant pour seule différence leur taux de concentration en CBD (5, 10, 20 et huile de CBD 30%). Parmi les autres produits, nous retrouvons des E-liquides, des cristaux, des cires, des gélules, des huiles de massage ainsi que du thé japonnais (matcha).

huile cbd
Voici la version “Optimal” dont le taux de concentration de CBD est de 10 %  – 
Crédits : CBD Corner

En 2019, France 2 avait consacré au CBD un numéro de l’émission Envoyé Spécial (voir ci-après). Son contenu porte sur une petite fille de 9 ans souffrant d’une épilepsie très sévère, que les parents ont tenté de soigner avec du cannabidiol.