in

Hubble repère d’étonnants changements au sein de la galaxie NGC 278

Credit: NASA / ESA / Hubble / S. Smartt, Queen’s University Belfast

Alors qu’on la connait depuis plus de 150 ans, la galaxie NGC 278, située à 38 millions d’années-lumière, au cœur de la Constellation de Cassiopée, est le théâtre d’un étonnant spectacle que le télescope spatial Hubble a pu capturer en image.

C’est dans les années 1860 que l’astronome William Herschel a découvert la galaxie NGC 278, aussi appelée LEDA 3051 ou UGC 528. Celle-ci est située à 38 millions d’années-lumière au sein de la Constellation de Cassiopée, et une image récemment capturée par le télescope spatial Hubble et l’une de ses caméras grand champ, WFC2, nous montre que cette galaxie est actuellement touchée par un immense éclat de formation d’étoiles.

Une forte activité qui est tout à fait visible sur le cliché, représentée par les points bleus très lumineux situés sur les bras de cette galaxie compacte, puisqu’elle mesure environ 17000 années-lumière de diamètre. Mais cette formation n’a rien d’habituel, puisque ces formations d’étoiles ne recouvrent pas les bords de la spirale, mais un anneau intérieur situé à environ 6500 années-lumière de la bordure.

Cette structure à deux niveaux est visible dans cette image de Hubble. Tandis que le centre et les bras internes de la galaxie sont brillants, les extrémités sont beaucoup plus sombres. Pour les scientifiques, cette configuration est probablement le fruit d’une collision avec une autre galaxie, ce qui aurait provoqué une fusion entre les deux. Ainsi, l’événement turbulent aurait enflammé le centre de NGC 278, et les restes poussiéreux de la collision se seraient dispersés dans les régions externes de la galaxie.

Quelle que soit la cause de ce spectacle, un tel anneau de formation d’étoiles – appelé un anneau nucléaire – est extrêmement rare dans les galaxies telles que NGC 278, ce qui la rend particulièrement intéressante, suffisamment en tout cas pour que Hubble braque à nouveau ses instruments sur la galaxie d’ici à quelques semaines.

NASA / ESA / Hubble / S. Smartt, Queen’s University Belfast
Credit: NASA / ESA / Hubble / S. Smartt, Queen’s University Belfast

Source