in

À Hong Kong, voici comment l’on traite les positifs à la Covid-19

Crédits : Elchinator/pixabay

À l’instar de quelques autres territoires, Hong Kong a adopté une stratégie « zéro Covid ». Autrement dit, les autorités locales ne plaisantent pas du tout avec les mesures d’isolement. Un jeune homme fraîchement arrivé à Hong Kong depuis le Royaume-Uni a témoigné pour une grande chaîne américaine.

Une prise en charge difficile

Selon les chiffres officiels depuis le début de la pandémie de Covid-19, le territoire de Hong Kong (Chine) totalise moins de 13 000 cas pour à peine plus de 210 décès. Il s’agit donc d’une contrée relativement épargnée par le coronavirus. Rappelons tout de même que les États-Unis restent le pays le plus touché avec près de soixante millions de cas pour plus de 830 000 morts. Hong Kong a tout de même renforcé sa politique « zéro Covid » avec l’apparition du variant Omicron il y a plus d’un mois.

Dans un article publié par la chaîne étasunienne CNN le 5 janvier 2022, le jeune Darryl Chan a témoigné à propos de sa prise en charge dès son arrivée à Hong Kong depuis le Royaume-Uni le 19 décembre 2021. Il faut dire que les autorités locales sont assez frileuses concernant les voyageurs en provenance du Royaume-Uni en raison du risque que représente le nouveau variant. Néanmoins, Darryl Chan a réalisé plusieurs tests et a présenté un schéma vaccinal complet à son départ de Londres.

CNN capture omicron Hong Kong
Crédits : capture écran / CNN

À son arrivée à l’aéroport de Hong Kong, Darryl Chan a été contraint de réaliser un nouveau test. Le résultat de ce même test affichait « préliminaire positif », signifiant qu’il devait passer d’autres examens. Il fut alors transféré dans une zone close où se trouvait un lit seulement. Pas moins de treize heures plus tard, une ambulance a transporté le jeune homme à l’hôpital le plus proche. À son grand étonnement, le test qu’ont réalisé les médecins s’est avéré positif au variant Omicron.

Près d’un mois en isolement

Selon le protocole local, toute personne positive au SARS-CoV-2 (à n’importe quel variant) doit faire l’objet d’un isolement complet.  Le jeune homme a donc passé une dizaine de jours sous étroite surveillance l’hôpital et a passé l’intégralité de son temps dans une chambre. Chaque jour, la routine était la même : à 8h du matin, les patients doivent relever leurs constantes (températures, etc.) et les repas sont également livrés à des heures fixes.

Cette routine est particulièrement pesante, car le temps est extrêmement long et il est impossible de sortir pour prendre l’air ou faire un peu d’exercice. Par ailleurs, la sortie de l’hôpital ne peut se faire qu’après deux tests négatifs. Même après ces tests, le calvaire ne s’arrête pas là. En effet, le patient devra passer quatorze jours supplémentaires dans un centre d’isolement avant de pouvoir retrouver pleinement la liberté de circuler.