in

Depuis trois ans, cet homme ne ferme pas l’oeil, littéralement

Crédits : SWNS

Dans le cadre d’une interview récente, un homme originaire de Birmingham a rapporté ne pas pouvoir fermer son oeil gauche depuis trois ans en raison d’une chirurgie plastique bâclée visant à dégonfler ses joues. Il témoigne dans le but de mettre en garde contre ce type de pratique.

Un vrai cauchemar

Le calvaire de Pete commence en 1959, alors qu’il vient de subir une opération visant à corriger une malocclusion dentaire de classe 3. Il s’agit d’une condition caractérisée par des molaires inférieures trop avancées par rapport aux molaires supérieures. À la sortie de cette intervention, Pete se retrouve alors avec des joues hyper gonflées « semblables à celles d’un hamster », selon ses mots.

« Il y a des années, j’étais en couple avec une fille et nous avons eu deux enfants. Puis elle m’a quitté« , raconte l’homme à WalesOnline. « J’ai dit : pourquoi pars-tu alors qu’on a tout ? Regarde comme on a de la chance. C’est alors qu’elle me dit : va te regarder dans le miroir, voilà pourquoi je pars« .

Deux autres relations infructueuses et un terrible sentiment d’insécurité naissant concernant son apparence amènent finalement Pete à vouloir subir une chirurgie corrective en 2018. Il prend alors contact avec le BMI The Priory Hospital qui lui demande 11 000 livres sterling (environ 13 150 euros) pour subir un lifting du cou, une blépharoplastie sous les yeux (retravaille de la zone des paupières) et une rhinoplastie, le but étant de réduire la taille de ses joues.

Il subit finalement l’intervention le 24 janvier 2019 avant d’être libéré le lendemain. « J’avais l’air d’avoir été battu« , poursuit l’ancien peintre et décorateur à la retraite. « C’était horrible et je ne pouvais pas fermer les yeux. Le lendemain de l’opération, j’avais souhaité ne jamais y être allé« .

Deux semaines après son opération, Pete retourne à l’hôpital pour se faire retirer les points. Il informe alors ses médecins que ses yeux sont très irrités et larmoyants. D’après ces derniers, il s’agit d’effets secondaires tout à fait normaux. Ils passeront d’eux-mêmes.

yeux oeil
Pete Broadhurst après son intervention. Crédits : Pete Broadhurst / SWNS

Des gouttes huit fois par jour et du Scotch pour dormir

Le 23 mars suivant, Pete se rend de nouveau à l’hôpital Good Hope pour subir un examen de routine de la prostate. Son médecin remarque alors l’état de ses yeux très endommagés et contacte le Birmingham and Midland Eye Centre. Des examens de suivi concluent très vite que le pauvre homme ne peut pas fermer complètement ses yeux, ni même lorsqu’il cligne des paupières ou s’endort la nuit. Ses yeux sont donc évidemment très secs, ce qui cause les irritations.

Pete retourne donc au BMI The Priory Hospital et fait part de son état. Son chirurgien organise alors une intervention corrective gratuite dans un autre établissement. Celle-ci a lieu le 13 mai 2019 et dure un peu plus d’une heure. Seulement, près de trois ans plus tard, Pete affirme qu’il ne peut toujours pas fermer complètement son oeil gauche.

Pour garder son oeil humide, l’homme de 79 ans doit maintenant mettre des gouttes huit fois par jour. La nuit, il utilise du ruban adhésif pour l’obliger à rester fermé et dort avec une serviette chaude sur le visage. Sa vision est maintenant si mauvaise qu’il ne peut plus conduire ni distinguer les expressions faciales. Il doit également abandonner son passe-temps, le tir, car il est désormais incapable de visualiser les cibles.

Le chirurgien qui l’avait opéré la première fois a depuis été suspendu pour une autre affaire. Tous les hôpitaux privés ont quant à eux depuis refusé de procéder à toute autre intervention chirurgicale de peur d’aggraver encore davantage son état, tandis que le NHS (le système de la santé publique du Royaume-Uni) a une liste d’attente d’un an. Il se rendra finalement bientôt en Turquie pour subir une blépharoplastie de la paupière inférieure.

À travers son témoignage, l’homme veut simplement faire passer un message d’avertissement. « Mon oeil gauche est toujours ouvert aujourd’hui. Quiconque en qui vous avez confiance, même un chirurgien de haut niveau, soyez prudent, car cela peut ruiner votre vie« .