in

Un homme évite l’amputation grâce à l’impression 3D

Crédits : iStock

Un septuagénaire atteint d’une forme rare de cancer a évité l’amputation grâce au recours à l’impression 3D. Son talon, ravagé par la maladie, a en effet pu être remplacé par une réplique en titane réalisée sur mesure.

Après avoir rendu possible en août dernier la greffe d’une vertèbre à un enfant de 12 ans à Pékin, c’est aujourd’hui en Australie que la technologie de l’impression 3D a de nouveau démontré son utilité dans le milieu médical.

Diagnostiqué d’un cancer du cartilage au niveau du talon en avril dernier, Len Chandler, un Australien de 71 ans, a rapidement constaté les dégâts causés par la maladie en perdant totalement l’usage de cette partie de son corps. Si jusqu’à aujourd’hui, l’un des seuls recours aurait été l’amputation pure et simple de la portion inférieure de la jambe, cela aurait été sans compter sur l’intervention du Pr. Choong, médecin en charge du service orthopédique au St Vincent Hospital de Melbourne. Lui et son équipe ont en effet eu l’idée d’avoir recours à l’impression 3D dans le but de remplacer l’os du talon (calcaneus) ravagé par la maladie.

Pour ce faire, l’équipe de scientifiques a tout d’abord réalisé plusieurs clichés des os du pied sain de Len Chandler afin de recréer dans un second temps une image 3D du calcaneus à remplacer au niveau du membre malade. Le modèle 3D ainsi obtenu a ensuite été envoyé au centre de recherche CSIRO qui s’est chargé d’imprimer l’implant en titane. Celui-ci a d’ailleurs dû être conçu avec une extrême minutie de manière à respecter au millimètre les proportions du calcaneus avant la maladie tout en incluant une zone plus lisse pour permettre l’articulation avec les autres os ainsi qu’une région poreuse pour la fixation des tissus.

Un pari semble-t-il réussi puisque 14 semaines après l’opération, Len Chandler et son chirurgien semblent satisfaits du résultat obtenu.

« Les avancées de la Science nous ont permis de considérer l’impression 3D en récupérant les informations du pied de Len et en les utilisant pour préciser à l’ordinateur ses dimensions afin de les reproduire grâce à cette nouvelle technologie 3D. Passer de l’idée d’une amputation à la possibilité de préserver un membre est une expérience gratifiante si vous pouvez y arriver », a commenté le Professeur Choong, relayé par le site 3dprint.

Sources: 3dnativesABC3dprint