L’Homme, une espèce invasive ?

surpopulation monde planète terre espèce invasive hommes
©DrCarrrven/iStock

Chats, rats, moustiques, plantes ou champignons, les espèces soi-disant invasives ne sont pas uniquement végétales ou animales. L’homme est lui aussi souvent considéré comme une espèce invasive…

Qu’est-ce qu’un espèce invasive ?

Une espèce invasive est une plante, un animal ou un micro-organisme présentant un impact négatif significatif sur les écosystèmes et les espèces indigènes. Pour qu’une espèce soit considérée comme invasive, elle doit généralement remplir les critères suivants :

  • Introduction non naturelle
  • Reproduction rapide et facile
  • Impact négatif sur l’écosystème et la biodiversité (nourriture, espace, prédation, propagation de maladies, dégradation des habitats, modification des processus biologiques naturels, etc.)
  • Expansion rapide (propagation rapide, occupation de vastes zones, déplacement des espèces indigènes, etc.).

Quelles sont les espèces considérées comme invasives aujourd’hui ?

Il existe de nombreuses espèces considérées comme invasives dans différentes régions du monde, qui ne sont pas les mêmes dans tous les pays. Car le statut d’espèce invasive dépend souvent du contexte écologique spécifique et de son impact sur les écosystèmes locaux.

  • Renouée du Japon (plante à croissance rapide qui peut étouffer les espèces indigènes)
  • Herbe de la pampa (plante envahissante aux touffes denses qui peut dégrader certains habitats naturels)
  • Jacinthe d’eau (plante aquatique qui se multiplie rapidement et peut bloquer la lumière du soleil à travers l’eau)
  • Moustique tigre (espèce introduite dans de nombreuses régions du monde, susceptible de transmettre aux humains diverses maladies)
  • Carpe asiatique (poisson qui peut concurrencer les espèces indigènes)
  • Rat brun et noir (rongeurs transportés par les humains dans de nombreuses régions du monde ; impact négatif sur la faune indigène et la santé humaine)
  • Fourmi d’Argentine (colonisation de vastes régions du monde susceptible de perturber les écosystèmes locaux)
  • Champignon chytride (déclin dramatique des populations d’amphibiens à travers le monde)
  • Chat haret (félin errant d’Australie : découvrez cet étonnant robot tueur de chat errants permettant de préserver la biodiversité)
  • Bambou géant
  • Lierre grimpant

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

grenouille morte eau champignon chytride
Grenouille morte de la maladie du champignon chytride ©Ken Griffiths/iStock

Pourquoi l’Homme est considéré comme une espèce invasive

L’homme est souvent considéré comme une espèce invasive en raison de son impact négatif sur les écosystèmes naturels. Parmi les facteurs qui expliquent ce statut :

Expansion géographique

L’homme a colonisé pratiquement tous les environnements de la planète, se déplaçant à travers les continents et les îles du monde entier. Cette expansion géographique à grande échelle a conduit à l’introduction de nombreuses espèces animales et végétales non endémiques.

surpopulation monde planète terre espèce invasive hommes
©DrCarrrven/iStock

Commerce international

Le commerce international a facilité le déplacement de plantes, d’animaux et de micro-organismes d’une région à une autre. Certaines de ces espèces transportées involontairement par l’homme peuvent survivre et se reproduire dans leur nouvel habitat, pouvant entraîner des impacts négatifs sur les écosystèmes locaux.

Absence de prédateurs naturels

Dans leur nouvel environnement, certaines espèces introduites par l’homme n’ont pas de prédateurs naturels pour contrôler leur population. Cette prolifération rapide peut souvent entraîner la disparition d’espèces indigènes et la perturbation de l’équilibre écologique.

Modification des habitats naturels

L’homme modifie les habitats naturels pour satisfaire ses besoins primaires et secondaires (agriculture extensive, urbanisation, déforestation, exploitation des ressources naturelles, etc.). En plus de générer une pollution sans précédent, ces changements peuvent favoriser la prolifération de certaines espèces invasives.

arbres déforestation nature paysage
©Pixnio/CC0

Pollution de l’air, de l’eau et des sols, sonore et lumineuse

  • Pollution de l’air (émissions des véhicules thermiques, des usines et des centrales électriques : oxydes d’azote, particules fines, gaz à effet de serre et autres composés organiques volatils)
  • Pollution de l’eau (rejets industriels, déchets plastiques et agricoles, eaux usées non traitées, etc.)
  • Pollution des sols (pesticides, engrais et produits chimiques, déchets solides, etc.)
  • Pollution sonore (augmentation du trafic, de l’industrie et des activités humaines en tout genre)
  • Pollution lumineuse (éclairage excessif et mal dirigé affectant les animaux et écosystèmes nocturnes).

Surpopulation

La surpopulation est un facteur qui contribue activement à la pollution environnementale. Lorsque la population humaine augmente rapidement, elle entraîne avec elle une demande croissante en ressources naturelles (énergie, eau, espace et nourriture), provoquant des pressions considérables sur les écosystèmes du monde entier.

Émissions de gaz à effet de serre conduisant au réchauffement climatique

Les activités humaines comme notamment la combustion fossile (charbon, pétrole et gaz naturel) libèrent d’importantes quantités de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ces gaz contribuent au réchauffement climatique en piégeant la chaleur dans l’atmosphère.

CO2 gaz effet serre forêts nature poumon
©Petmal/iStock