in

Le “Hobbit” est finalement une branche inconnue des premiers humains

Crédits © Peter Brown, University of Woollongong

On pensait avoir découvert des humains déformés qu’on avait nommés Hobbits. Mais l’étude des différentes couches osseuses du crâne du « hobbit » a montré que ce dernier n’était pas un homme moderne déformé. L’individu disparu il y a maintenant 15.000 ans n’a pas de similitudes avec notre espèce et appartient donc à une autre espèce du genre Homo.

Les fossiles d’Homo floresiensis, surnommé « Hobbit » en raison de sa petite taille, ont été découverts sur l’île de Flores en Indonésie en 2003. La controverse faisait rage depuis afin de savoir si ces humanoïdes étaient une branche inconnue des premiers humains ou bien des spécimens de l’homme moderne déformés par la maladie. Une nouvelle étude, basée sur une analyse des os du crâne, montre une fois pour toutes que le peuple de petite taille ne sont pas Homo sapiens.

Une théorie soutenait que Homo floresiensis descend de l’Homo erectus et est devenu plus petit sur des centaines de générations. Un hobbit adulte mesurait un mètre de haut, et pesait environ 25 kilos. Le processus proposé est ce qu’on appelle le nanisme insulaire : la nouvelle espèce est plus petite que son ancêtre continental et cela s’explique soit par l’absence de certains prédateurs rendant l’avantage de la taille inutile, soit par la difficulté pour un grand animal de trouver suffisamment de nourriture.
2E94008F00000578-3324599-image-a-13_1447890172810

Mais d’autres chercheurs soutenaient que H. floresiensis était en fait un homme moderne dont la petite taille et le cerveau pas plus gros qu’un petit pamplemousse a été causé par une maladie génétique. Une des maladies suspectées était le crétinisme nain, parfois provoquée par un manque d’iode. Une autre maladie potentielle était la microcéphalie, qui fait se recroqueviller pas seulement le cerveau et, mais également son enveloppe osseuse.

Il y a beaucoup d’informations contenues dans les couches d’os du crâne. Les résultats de l’étude étaient sans équivoque. Il n’y avait pas les caractéristiques de notre espèce, l’Homo floresiensis n’est donc pas un Homo sapiens. Et tandis que les scientifiques ont trouvé des preuves de maladies mineures, il n’y avait rien correspondant aux principales maladies génétiques que d’autres chercheurs avaient soulignées. Mais si une partie du mystère est résolu, une autre reste intacte. Car si les scientifiques ne peuvent pas exclure la possibilité que l’« hobbit » était une version réduite de l’Homo erectus, qui est arrivé sur l’île voisine de Java il y a quelques millions d’années, ils ne peuvent pas être sûr que H. floresiensis n’était pas une espèce à part entière.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.03.19

Source : dailymail ;