in

Comment Henri VIII est-il devenu l’un des rois les plus sanglants du royaume d’Angleterre ?

Crédits : Wikimedia Commons

Henry VIII est connu aujourd’hui comme le roi le plus sanglant du royaume d’Angleterre. Ceux qui l’ont connu dans sa jeunesse décrivent pourtant le souverain comme un homme doux et sage. Des chercheurs expliquent que ce changement brutal de comportement aurait été causé par de multiples lésions cérébrales occasionnées lors de tournois de joute.

Le roi Henri VIII est célèbre pour ses nombreux mariages, mais également pour son caractère colérique, qui a mené deux de ses femmes et des milliers de sujets à la mort. Les historiens le décrivent généralement comme un homme impulsif et sujet à des troubles de la mémoire. Charles Dickens dit de lui qu’il fut « une tache de sang et de graisse dans le livre d’histoire de l’Angleterre ». Cependant en 1529, Érasme décrit le jeune Henri VIII comme un homme juste, voire généreux. Une étude récente de la Yale Memory Clinic suggère que le tempérament du roi aurait subitement changé suite à des accidents de joute, qui lui auraient causé de multiples lésions cérébrales.

Les chercheurs ont analysé les récits témoignant de la vie d’Henry VIII lors de son règne et ont conclu que deux accidents majeurs pourraient être à l’origine de l’évolution de son comportement. En 1524, une lance de joute le percute en plein œil. Le choc étourdit le roi et lui cause des maux de tête importants. Cependant les chercheurs pensent que l’accident qui aurait durablement perturbé Henry VIII s’est déroulé en janvier 1536, lorsqu’un cheval tomba sur le souverain et le laissa inconscient pendant deux heures.

Le neurologue Arash Salardini, auteur principal de cette étude, explique que « les historiens conviennent que son comportement a changé après 1536 ». Quelques mois après l’incident, Henry VIII fait exécuter sa seconde épouse Anne Boleyn et se fiance à Jeanne Seymour le lendemain. Les chercheurs expliquent qu’à partir de ce moment, et jusqu’à sa mort en 1547, le stratège militaire qu’était Henry VIII devint lunatique et impulsif. « Sa paranoïa politique et ses mauvais choix militaires contrastent avec ses précédents succès », écrivent les auteurs à son sujet.

Selon Salardini, les traumatismes crâniens et des lésions cérébrales qui s’en suivent permettent d’expliquer les différents troubles dont est atteint le souverain : perte de mémoire, dépression, ou encore comportement imprévisible. Il explique également que ces incidents peuvent être à l’origine d’un hypogonadisme – et donc l’impuissance – dont fut atteint le roi, comme en témoignait Anne Boleyn dans ses lettres. Ce qui, combiné aux fausses couches successives de la reine, ne devait pas améliorer les relations entre les deux personnages…

Par Vincent JOURDAIN

Sources : Futura-sciences  YaleNews  WashingtonPost

Avatar

Rédigé par