in

La hausse du niveau des mers est deux fois plus importante que prévu

Crédits : Pixabay

Une nouvelle estimation des causes de la hausse du niveau de la mer a été réalisé en étudiant les données de satellites et il se trouve que l’augmentation directement due au réchauffement climatique est près de deux fois plus élevée que prévu.

Le niveau de l’eau augmente de 2,4 à 2,8 millimètres par an depuis le début des années 2000, d’après différentes études. C’est ce qu’expliquent des chercheurs allemands qui ont revu les résultats de mesures effectuées entre 2002 et 2014. L’équipe a étudié les données de différents satellites pour faire leur analyse. La mission de gravimétrie Grace, avec deux engins qui se suivent, mesure précisément la gravité terrestre, qui, au-dessus des océans, dépend notamment de la hauteur d’eau. Les satellites Jason, quant à eux, déterminent directement le niveau de la mer.

L’équipe a surtout réévalué l’impact de différents phénomènes liés au climat global qui modifient le volume de l’océan mondial. Parmi ces phénomènes, on trouve l’effet stérique ; quand la température de l’eau monte, sa densité diminue et le volume augmente ; l’hydrologie, qui est le bilan de l’évaporation, des précipitations et de l’apport des cours d’eau et la fonte des glaciers, qui se traduit par la transformation des couvertures glaciaires de l’Antarctique et du Groenland qui produisent des icebergs. On trouve également des phénomènes régionaux, la surface de l’océan mondial est loin d’être plate, il y a des creux et des bosses, ce qui oblige à réaliser beaucoup de mesures et de calculer des moyennes.

elevation_mer
Crédits : ESA

Les scientifiques se sont rendu compte que l’effet stérique est nettement plus influent que prévu, ils en ont donc conclu que l’influence directe du réchauffement sur la densité de l’eau n’est pas négligeable. Aussi ils ont remarqué que la hausse du niveau de la mer n’est pas partout identique. Ainsi, le record est atteint près des Philippines qui connaissent une forte hausse du niveau d’eau, avec plus ou moins 14,7 mm/an, tandis que l’eau ne monte pas du tout sur la côte ouest des États-Unis. L’étude montre aussi combien il est important de suivre le plus précisément possible le niveau de la surface des mers depuis des satellites. Le niveau de la mer semble moins influencé par des phénomènes annexes que la température locale de l’atmosphère. Il serait donc un meilleur indicateur de l’évolution du climat que la température globale.

Sources : Pnas, Futura-sciences