in

Le halo autour de la galaxie d’Andromède est gigantesque

Crédits : Adam Evans / Wikipédia

(Avec The SpaceTimes) Des astronomes ont découvert, grâce aux données du télescope spatial Hubble, un immense halo autour de la galaxie d’Andromède qui s’avère beaucoup plus grand et massif que ce que les scientifiques pensaient jusqu’à présent.

La galaxie d’Andromède est située à 2,55 millions d’années-lumière de notre Voie lactée et est de ce fait la galaxie la plus proche de nous. Son disque a un diamètre de 200 000 années-lumière et lorsqu’il est possible de la voir à l’œil nu, c’est-à-dire lorsque le ciel est bien noir, son diamètre apparent représente environ 100 fois celui de la Lune. Il était déjà connu par les astronomes que cette galaxie se trouvait encerclée par un halo invisible, mais l’ampleur de ce halo va bien au-delà de leur imagination.

Trois astronomes américains ont découvert récemment, en observant les données recueillies par Hubble, qu’un halo entoure la galaxie d’Andromède à environ un million d’années-lumière de distance. La taille supposée de ce halo était environ six fois plus petite que sa taille réelle, le diamètre étant en réalité de 2 millions d’années-lumière. Sa masse, 1 000 fois plus importante que selon les précédentes suppositions, serait semblable à la moitié de la masse des quelques centaines de milliards d’étoiles qui parsèment la galaxie d’Andromède. Il serait constitué de gaz chaud et léger, comme d’hydrogène et d’hélium notamment, mais des éléments plus lourds s’y seraient ajoutés suite à l’explosion de nombreuses étoiles.

Le halo s’étend presque jusqu’à mi-chemin entre notre galaxie et celle d’Andromède, qui sont déjà bien éloignées l’une de l’autre. Ainsi, si la Voie lactée était entourée d’un halo similaire — fait que nous ne pouvons pas vérifier puisque notre planète se situe à l’intérieur —, il toucherait celui de la galaxie d’Andromède : les deux halos pourraient même fusionner jusqu’à entrer en collision d’ici 4 milliards d’années.

Nasa - Esa
Crédits : Nasa – Esa

Sources : Journal de la Science, Le Monde.

– Crédits photo : Adam Evans / Wikipédia