Le Gulf Stream pourrait cesser de pomper des nutriments

Crédits : NASA.

Le Gulf Stream, ce puissant courant océanique qui joue un rôle crucial dans le maintien des conditions climatiques tempérées en Europe et en Amérique du Nord, pourrait être sur le point de subir des changements dramatiques.

Le Gulf Stream ralentit

Ce courant océanique puissant qui parcourt les eaux au large de la côte est des États-Unis, transporte alors une grande quantité d’eau de mer ainsi que de la chaleur, du carbone et d’autres éléments essentiels à travers l’océan Atlantique. Son trajet commence dans les Caraïbes, où il émerge dans l’Atlantique par le détroit de Floride. À partir de là, il transporte les eaux chaudes et salées du sud vers le nord où elles se refroidissent et plongent dans les profondeurs de l’Atlantique Nord. Après avoir libéré sa chaleur dans l’atmosphère, l’eau refroidie redescend vers le sud où elle se réchauffe à nouveau, bouclant ainsi le cycle.

Ce courant océanique exerce une influence significative sur de nombreux autres phénomènes. Par exemple, il joue un rôle crucial dans la modélisation des conditions météorologiques et climatiques, affectant les températures et les précipitations en Europe continentale. De plus, il a un impact direct sur le niveau de la mer le long des côtes de la Floride.

Compte tenu de son importance, il est crucial pour les chercheurs de surveiller son activité pour tenter de prédire son comportement futur. Récemment, une analyse avait d’ailleurs justement conclu que le Gulf Stream avait ralenti d’environ 4 % au cours des quarante dernières années. Cette conclusion constituait alors la première preuve observationnelle concluante et sans ambiguïté que ce courant océanique crucial connaissait des changements significatifs sur une période relativement courte.

gulf stream
Une animation simplifiée de la bande transporteuse mondiale des courants océaniques, y compris la circulation méridionale de retournement de l’Atlantique (AMOC) dans l’océan Atlantique. Crédits : NASA/Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio

Quelles conséquences sur la vie marine ?

Dans le cadre de nouveaux travaux, des chercheurs se sont cette fois penchés sur les conséquences d’un affaiblissement potentiel du Gulf Stream sur la vie marine de l’Atlantique Nord. Pour ce faire, ils ont examiné les archives fossiles et sédimentaires d’un événement de refroidissement appelé Dryas plus jeune, survenu il y a environ 12 900 à 11 700 ans. Cette période de refroidissement temporaire avait marqué une interruption dans le réchauffement climatique mondial pendant la transition entre le Pléistocène et l’Holocène.

Les résultats de l’étude suggèrent que pendant le Dryas plus jeune, l’AMOC (la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique) et, par extension, le Gulf Stream se sont également affaiblis. Les chercheurs ont examiné la teneur en éléments nutritifs des fossiles microscopiques et des carottes de sédiments du détroit de Floride pour reconstituer les conditions du Gulf Stream pendant cette période. Ils ont alors constaté une diminution significative des nutriments transportés par le courant pendant le Dryas plus jeune par rapport aux périodes précédentes et suivantes.

Cette diminution des nutriments a eu des répercussions importantes sur les écosystèmes marins de l’Atlantique Nord. Les organismes photosynthétiques qui dépendent de ces nutriments pour leur survie ont en effet souffert, ce qui a entraîné un déclin de la productivité primaire dans la région. En d’autres termes, la capacité des plantes et des organismes marins à produire de la matière organique à partir de la lumière du soleil et des nutriments a été compromise.

À la lumière de ces résultats, les conséquences de ce nouvel affaiblissement du Gulf Stream sur les écosystèmes marins pourraient donc être dévastatrices. Cela affecterait non seulement les populations de poissons et d’autres créatures marines qui dépendent de ces nutriments pour leur alimentation, mais cela pourrait également avoir un impact sur les pêcheries importantes de l’Atlantique Nord. De plus, une diminution de la productivité primaire pourrait limiter la capacité des océans à absorber le dioxyde de carbone, exacerbant ainsi les effets du changement climatique.

Cette étude met ainsi en évidence l’importance cruciale de mieux comprendre les mécanismes qui régissent la circulation océanique, en particulier dans le contexte du changement climatique actuel. Les chercheurs espèrent que leurs travaux aideront à prédire et à atténuer les effets potentiels des perturbations des courants océaniques sur les écosystèmes marins et sur la planète dans son ensemble.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science.