in

Guerre en Ukraine : le parc animalier de Kharkiv pourrait euthanasier ses animaux « dangereux »

Crédits : Anna-av / iStock

Si le bilan humain et matériel en Ukraine est déjà très lourd, les conséquences de la guerre touchent également les animaux. Ainsi, alors que la ville de Kharkiv se prépare à subir de nouveaux bombardements, le propriétaire du parc animalier local pourrait malheureusement prendre la décision d’euthanasier ses animaux les plus dangereux.

Une décision très difficile à prendre

Situé au nord de la ville de Kharkiv (Ukraine), le Feldman Ecopark est un projet caritatif se destinant notamment à la protection et la réhabilitation des animaux ainsi qu’à l’éducation des plus jeunes. Malheureusement, le conflit avec la Russie se poursuit plus que jamais et la partie est de l’Ukraine, dont Kharkiv, est particulièrement touchée. Or, le Feldman Ecopark a déjà subi d’importants dégâts matériels. Comme l’explique le Huffington Post US dans un article du 6 avril 2022, Alexander Feldman, le propriétaire des lieux, pourrait prendre une décision très difficile en cas de nouveaux bombardements.

En effet, il pense à euthanasier ses animaux les plus « dangereux » tels que les ours, les tigres, les lions et autres jaguars. Si Alexander Feldman a déjà pu évacuer certaines espèces comme les kangourous, la logistique est néanmoins en effet bien différente en ce qui concerne les grands prédateurs. L’homme pensait dans un premier temps pouvoir les déplacer vers un ancien complexe équestre. Hélas, ce ne serait plus possible aujourd’hui.

lions
Crédits : Bernard Bialorucki / iStock

Certains animaux se sont déjà enfuis

« C’est incroyablement douloureux d’en parler, mais maintenant, la principale priorité est la vie des gens », a déclaré Alexander Feldman

Sur la seule journée du 17 mars 2022, deux orangs-outans et deux chimpanzés ont péri en raison de frappes russes. Le 19 mars, 9 cerfs ont été tués et une vingtaine d’autres ont pris la fuite dans les bois. De plus, les lions ont plusieurs fois failli se retrouver hors de leur enclos. Or, si ces animaux s’échappaient de leurs cages et enclos ayant subi des dégâts, ils pourraient rejoindre la ville et les villages se trouvant aux alentours. C’est évidemment impensable, principalement pour des questions de sécurité. Ainsi, la réflexion autour de l’euthanasie est d’actualité, en l’absence d’autre solution viable.

Alexander Feldman tente encore de trouver un moyen de sauver les grands prédateurs en discutant un grand nombre de personnes et d’organisations capables de recueillir les animaux en Ukraine et à l’étranger. Toutefois, faire sortir ces mêmes animaux représente le plus important obstacle, alors que chaque jour compte.