in

Certaines guêpes construisent des nids fluorescents, mais pourquoi ?

Crédits : Daney de Marcillac, and al/Journal of the Royal Society Interface

Une biomatière fluorescente exceptionnellement brillante a été isolée sur les nids de plusieurs espèces de guêpes du genre Polistes. Les spectres de fluorescence des membranes des cocons ont en effet révélé des bandes d’émission étroites dans la gamme verte du spectre visible. C’est une première.

Les capacités de biofluorescence et de bioluminescence sont développées chez de nombreux organismes, notamment chez les champignons, les poissons, le phytoplancton, les reptiles ou encore les amphibiens. Une poignée de mammifères en sont également capables tels que certains opossums, des écureuils volants placentaires ou encore les Wombats et les ornithorynques.

Plus récemment, des chercheurs ont découvert que certaines guêpes construisaient quant à elles des nids fluorescents. Leurs travaux sont publiés dans le Journal of the Royal Society Interface.

Des nids verts chez les Polistes

La découverte s’est produite tout à fait par hasard au nord du Vietnam. Dans le cadre d’une expédition visant à documenter des insectes fluorescents dans la forêt tropicale avec des lampes UV, Bernd Schöllhorn et son équipe de l’Université de Paris sont tombés sur des nids de guêpes émettant une lueur verte sous la lumière ultraviolette la nuit (entre 360 ​​et 400 nanomètres de longueur d’onde). Ce phénomène n’ayant jamais été observé dans le passé, les chercheurs ont donc rapporté ces échantillons en laboratoire pour les étudier plus en détail.

Tous les nids analysés appartenaient à des Polistes, certaines de guêpes les plus distribuées en France. D’ailleurs, les auteurs de l’étude ont découvert que plusieurs nids récupérés depuis dans notre pays, mais également en Amazonie brillaient également sous une lumière UV, bien que tous affichaient une intensité et une couleur légèrement différentes les uns des autres, certains pouvant être identifiés à vingt mètres de distance.

guêpes nid fluorescents
Nid de guêpes montré sous lumière blanche (à gauche) et le même nid de guêpes montré sous une lumière UV (à droite) affichant un vert brillant. Crédits : Bernd Schöllhorn/Serge Berthier

Des raisons encore floues

Les scientifiques essaient toujours de comprendre les raisons pour lesquelles certaines espèces ont développé ces capacités de fluorescence. Selon eux, ces nids pourraient par exemple aider les guêpes à rentrer chez elles la nuit ou leur permettre de distinguer un nid d’un autre. Il se pourrait aussi que cela participe au développement des larves en proposant une source de lumière de substitution pendant la saison des pluies. Enfin, il pourrait même s’agir d’un trait “vestigial” (qui a perdu sa fonction originale au fil de l’évolution) toujours présent, car il ne désavantage pas les guêpes. Pour tenter de le comprendre, les chercheurs prévoient de continuer leurs analyses et comparaisons.