Guatemala : un nouveau barrage pour retenir les déchets plastiques des rivières

barrage rivière
Crédits : capture YouTube / The Ocean Cleanup

La célèbre ONG The Ocean Cleanup ne désire pas seulement s’attaquer à la pollution plastique se trouvant dans les océans. En effet, elle a aussi pour objectif de nettoyer les rivières les plus polluées au monde. L’ONG se trouve actuellement au Guatemala pour la seconde fois pour y déployer son ingénieux système baptisé « Interceptor ».

Le principal problème de la pollution des océans

Entre 2018 et 2021, The Ocean Cleanup avait mené une expérience pour tenter de réduire le vortex de déchets du pacifique nord. Il s’agissait de déployer en forme de « U » des filets de plusieurs centaines de mètres de long sur trois mètres de profondeur. Selon les responsables, les tests ont été très prometteurs. En 2020, l’ONG s’est également rendue dans plusieurs pays dans le but de dépolluer les rivières.

Il faut dire que les rivières charrient des tonnes d’ordures qui terminent leur course dans les océans. À ce titre, rappelons que les cours d’eau sont à l’origine de 80 % du plastique présent dans les océans, ce qui en constitue donc la principale source de pollution.

Un premier échec avant un retour gagnant

Dans un communiqué publié en mai 2023, The Ocean Cleanup affirmait s’être rendue pour la seconde fois au Guatemala. L’objectif ? Déployer un dispositif de rétention des déchets au niveau de la rivière Las Vacas, un affluent du Rio Motagua près de la capitale Guatemala City. En 2022, l’ONG avait déjà installé son « Interceptor Trashfence ». Celui-ci a retenu les « tsunamis d’ordures », mais n’a pas résisté très longtemps. Plus précisément, il s’agissait d’un treillis métallique de 8 m de haut et de 50 m de long. Toutefois, il n’était pas assez solide et il empêchait l’écoulement de l’eau, si bien que les eaux de crue ont été repoussées vers le bas. Cela a engendré une érosion du lit de la rivière et ainsi une altération des fondations du barrage.

barrage rivière 2
Crédits : capture YouTube / The Ocean Cleanup

Il s’agit donc d’un échec qui a donné aux équipes l’occasion d’étudier les failles du système afin d’y remédier. Un nouveau plan et un nouveau barrage plus solide ont fait leur apparition. Il est actuellement déployé dans la rivière.

Cette fois, il est question de deux barrages flottants particulièrement solides, se trouvant en amont et en aval de la rivière. En outre, les estacades de chacun des barrages sont enchaînées et ancrées à des fondations en béton construites sur la rive. Ainsi, l’installation est très robuste et permet d’éviter les risques d’érosion, de même que son propre effondrement. Les premiers résultats sont encourageants, mais les tests se poursuivent.