in

Rare : un cas de grossesse extra-utérine dans le foie

Crédits : Prostock-Studio / iStock

Au Canada, une femme a récemment eu une grossesse extra-utérine très spéciale. Un ovule fécondé tentait en effet de se développer hors de son utérus dans un endroit particulièrement insolite : son foie. Évidemment, sa présence dans cet organe a généré des complications.

Un cas rarissime

En temps normal, l’ovule est fécondé par un spermatozoïde dans une des deux trompes utérines de la femme, les trompes de Fallope. Ensuite, l’œuf fécondé se déplace vers l’intérieur de l’utérus. Dans le cas d’une grossesse extra-utérine (GEU), l’œuf se développe en dehors du milieu normal de la nidation. La plupart du temps, la grossesse intervient alors dans une des trompes ou encore dans la cavité abdominale. Le diagnostic de la GEU doit alors intervenir rapidement. En effet, l’œuf fécondé grossit et les saignements provoqués peuvent mettre en danger la santé de la femme. Certains facteurs favorisent ici les risques de GEU : âge avancé, tabagisme, infections gynécologiques antérieures, altérations des trompes utérines (ex. : malformation) ou encore fécondation in vitro.

Si la plupart des cas se produisent dans une des trompes ou dans la cavité abdominale, il y a parfois des exceptions. Dans un article du 20 décembre 2021, The Independant décrit un cas rarissime qui a complètement surpris le Dr  Michael Narvey et les autres médecins du Children’s Hospital Research Institute of Manitoba (Canada) : une grossesse au niveau du foie.

foetus foie
Le Dr Michael Narvey présentant ce cas rarissime. Crédits : capture vidéo YouTube / VESA Channel / Tiktok @nicu_musings

Une grossesse intrahépatique

Durant quatorze jours consécutifs, la patiente de 33 ans a subi des saignements. Très inquiète, elle a alors fait le choix de consulter. Sur place, les médecins effectuent une échographie et le verdict est sans appel : il s’agit d’une grossesse intrahépatique. Malheureusement, cette grossesse ne peut pas se dérouler correctement et l’œuf fécondé ne peut pas survivre. De plus, l’hémorragie interne peut être très importante au niveau du foie, un organe comportant de nombreux vaisseaux sanguins.

Ce type de grossesse extra-utérine a la particularité d’être extrêmement rare. Seulement 21 grossesses dans le foie ont été répertoriées dans les revues médicales anglophones entre 1967 et 2017. Le dernier cas recensé est celui d’une femme en Chine dont le retard de règles a duré pas moins de quarante jours. La patiente avait une masse de 5,4 X 4,6 cm dans le lobe droit du foie.

La grossesse intrahépatique se termine généralement durant les trois premiers mois. L’invasion du trophoblaste, la couche externe de cellules entourant l’embryon, érode les vaisseaux sanguins du foie. En cas de non traitement, un saignement très grave survient avec la rupture du site d’implantation. On parle alors d’une hémorragie dite « cataclysmique ».