in ,

Chaque grain de sable est une métropole pour les bactéries

Crédits : iStock

Au-delà de nos métropoles existe un monde plus petit, plus discret, mais bel et bien présent. Celui des plages. Un seul grain de sable peut contenir jusqu’à 100 000 micro-organismes provenant de milliers d’espèces.

Imaginez-vous assis(e) sur une plage ensoleillée, laissant glisser le sable fin et chaud entre vos doigts. Des millions de grains de sable. Ce que vous ne pouvez probablement pas imaginer, c’est qu’en même temps, des milliards et des milliards de bactéries se répandent entre vos doigts. Entre 10 000 et 100 000 micro-organismes vivent en effet sur chaque grain de sable, comme le constate une étude menée par des chercheurs de l’Institut Max Planck de microbiologie marine à Brême, en Allemagne, publiée dans Nature.

On sait depuis longtemps que le sable est un habitat densément peuplé et actif. David Probandt et ses collègues décrivent aujourd’hui la communauté microbienne sur un seul grain de sable en utilisant des méthodes moléculaires modernes. Pour ce faire, ils ont utilisé des échantillons prélevés dans le sud de la mer du Nord, près de l’île de Helgoland, au large des côtes allemandes. Il faut notamment savoir que les bactéries ne colonisent pas uniformément les grains de sable. Alors que les zones exposées sont pratiquement non colonisées, les bactéries s’activent dans les fissures et les dépressions, protégées des prédateurs qui tapissent la surface des grains de sable à la recherche de nourriture.

Crédits : 12019/Pixabay

Une population de bactéries impressionnante donc, non seulement par le nombre de micro-organismes, mais également par leur étonnante diversité. « Nous avons trouvé des milliers d’espèces différentes de bactéries sur chaque grain de sable », note le chercheur. Certaines espèces et groupes de bactéries peuvent être trouvés sur tous les grains de sable étudiés, d’autres seulement ici et là. « Plus de la moitié des habitants de tous les grains étudiés sont identiques. Nous supposons alors que cette communauté de base remplit une fonction similaire », poursuit-il. « En principe, chaque grain a la même population fondamentale et la même infrastructure. Nous pouvons donc en apprendre beaucoup sur la diversité bactérienne du sable en général en étudiant un seul grain de sable ».

Rappelons que les bactéries sableuses jouent un rôle important dans l’écosystème marin et les cycles mondiaux des matériaux. Parce que ces bactéries traitent, par exemple, des composés de carbone et d’azote provenant de l’eau de mer et des apports fluviaux, le sable agit comme un énorme filtre purifiant.

« Chaque grain de sable fonctionne comme un petit garde-manger bactérien », décrit le chercheur. Ils fournissent les approvisionnements nécessaires pour maintenir les cycles du carbone, de l’azote et du soufre. « Quelles que soient les conditions auxquelles la communauté bactérienne est exposée sur un grain de sable, grâce à la grande diversité de la communauté de base, il y a toujours quelqu’un pour traiter les substances présentes dans l’eau environnante ».

Source