in

Grâce à une IA, Airbnb compte éloigner les clients indésirables

Crédits : Airbnb

Airbnb a développé une IA pour analyser les traits de personnalité de ses utilisateurs. L’idée est de détecter les personnes qui pourraient poser problème aux propriétaires des logements proposés à la location.

Airbnb est le site de location d’appartements ou de maisons le plus en vogue. Néanmoins, proposer son logement à de parfaits inconnus n’est pas sans risque. L’entreprise doit en effet gérer depuis plusieurs années des problèmes de clients saccageant les maisons de leurs hôtes.

Les exemples ne manquent pas. On se souvient notamment de cette femme qui avait loué l’année dernière son appartement londonien estimé à près de trois millions d’euros pour ce qui devait être une simple “baby shower”. Elle avait finalement retrouvé son logement détruit, rempli de centaines de “ravers” drogués en train de faire la fête.

L’IA pour éloigner les clients indésirables

Ces problèmes ne datent pas d’hier. Pour tenter d’éviter les fauteurs de troubles potentiels, Airbnb a racheté en 2017 la start-up Trooly, spécialisée dans la prédiction des relations et interactions sociales. Ensemble, ils ont développé un outil alimenté par l’IA capable d’analyser les traits de personnalité des utilisateurs.

Selon les documents du brevet déposé examinés par l’Evening Standard, cet outil ratisse large. Le casier judiciaire ou encore les publications sur les réseaux sociaux des clients potentiels seraient en effet passés au crible.

Grâce à ces informations, l’IA peut ensuite évaluer la “fiabilité” et la “compatibilité du client avec le propriétaire“. En outre, il établit aussi son “schéma de comportement et [son] caractère“. D’éventuels signes de “névroses“, “d’implication dans des crimes“, de “narcissisme, machiavélisme ou de psychopathie” pourraient également être repérés.

Par exemple, l’intelligence artificielle serait capable de repérer les personnes associées à de faux profils de réseaux sociaux ou encore celles qui fournissent de fausses informations. Le brevet suggère également que les utilisateurs évoquant des mots clés, des images ou des vidéos associés à la drogue, à l’alcool ou au sexe sur les réseaux sociaux sont mal notés.

Nous utilisons l’analyse prédictive et l’apprentissage automatique pour évaluer instantanément des centaines de signaux qui nous aident à signaler et à enquêter sur les activités suspectes avant ça arrive“, souligne de son côté Airbnb sur son site web. “Chaque réservation est notée pour le risque avant d’être confirmée“.

airbnb
Crédits : TeroVesalainen/pixabay

Si ce nouvel outil pourrait effectivement éloigner les clients indésirables, tout le monde n’est pas forcément d’accord avec ces nouvelles manœuvres.

L’entrepreneur Jess Butcher par exemple, cofondateur de Tick et Blippar, a déclaré que la technologie soulève des inquiétudes dans la mesure où elle utilise des “empreintes numériques personnelles“.

Source

Articles liés :

L’île de Robinson, l’expérience insolite proposée par Airbnb

Le mystère concernant NEON, la prochaine IA du géant Samsung

France : bientôt l’arrivée de la reconnaissance faciale dans l’espace public ?