in

Grâce à une puce, ce tétraplégique peut effectuer des mouvements complexes

DPA

Grâce à un système de puce greffée dans le cerveau, un jeune américain tétraplégique depuis six ans a pu retrouver l’usage de sa main, et peut désormais réaliser toute une série de mouvements complexes avec celle-ci.

« Les médecins me disaient que le mieux que je pourrais faire serait de bouger mes épaules, mais rien de plus pour le restant de ma vie » déclarait Ian Burkhart récemment au cours d’une conférence de presse. Car il y a six ans, un accident a paralysé cet américain de 24 ans des épaules jusqu’aux pieds. Mais aujourd’hui, l’homme est capable de se saisir d’un objet, remuer son café, et tout autant de petites tâches qu’il pensait ne plus jamais pouvoir réaliser. « C’est la première fois qu’une personne complètement paralysée peut refaire un mouvement en utilisant simplement ses propres pensées », déclare Chad Bouton, du Feinstein Institute pour la recherche médicale aux États-Unis, coauteur de l’étude parue dans la revue Nature.

Avec son équipe, ce dernier a mis au point NeuroLife, un système capable de rétablir la communication entre le cerveau et les muscles sans passer par la moelle épinière. Pour Ian Burkhart, le processus a démarré en 2014, quand une puce d’ordinateur plus petite qu’un simple pois lui a été greffée dans le cortex moteur du cerveau. Par ce biais, ses pensées sont transmises à un ordinateur qui les renvoie à une série de bracelets qui stimulent électriquement les muscles du bras.

« Nous avons cherché à déchiffrer les signaux dans le cerveau qui sont spécifiquement associés aux mouvements de la main », explique Chad Bouton. « Les zones du cerveau responsables du mouvement sont intactes, mais les signaux arrivent à une moelle épinière blessée. Ils y sont complètement bloqués et ne peuvent pas se rendre jusqu’aux muscles. » Grâce à ce système, le jeune américain était en mesure d’ouvrir et de refermer sa main au bout de deux mois seulement. Nous sommes deux années après, et désormais, à la faveur d’une longue rééducation, il est en mesure de se saisir et d’utiliser des objets, comme tenir une bouteille et verser son contenu dans un verre, porter son téléphone à son oreille ou encore jouer à certains jeux vidéo.

« Cela ouvre vraiment beaucoup de nouvelles portes vers des mouvements plus complexes », explique Chad Bouton. « Ce que nous cherchons à faire, c’est aider ces personnes à retrouver le contrôle sur leur corps ». Pour cela, un système sans fil est actuellement à l’étude. De son côté, le jeune américain aux sensations retrouvées se confie. « Pour moi, être dans un fauteuil roulant et ne pas pouvoir marcher n’est pas le pire. Le pire, c’est la perte d’indépendance qui fait que j’ai besoin d’autres personnes ».

Source : abc