in

Grâce à un nouveau traitement, un Britannique pourrait avoir guéri du VIH

Crédits : Wikimedia Commons

Un formidable espoir nous provient du Royaume-Uni. Grâce à un nouveau traitement mis au point par une équipe de scientifiques, un Britannique de 44 ans pourrait bien avoir guéri du VIH, le virus étant à ce jour devenu complètement indétectable dans son sang.

Ce Britannique de 44 ans est-il guéri du VIH ? C’est en bonne voie, et ce grâce à un nouveau traitement conçu par une équipe de scientifiques, professeurs dans cinq universités majeures du Royaume-Uni. Une nouvelle méthode de traitement qui permet de traquer et de détruire le VIH dans toutes les parties du corps, y compris dans les cellules dormantes qui échappent aux traitements actuels. Elle fonctionne en deux étapes, tout d’abord, un vaccin aide le corps à reconnaître les cellules infectées par le VIH afin qu’il puisse les éliminer. En second lieu, un nouveau médicament appelé Vorinostat active les lymphocytes T dormants afin qu’ils puissent être repérés par le système immunitaire. C’est justement cette seconde étape qui n’est pas réalisable avec les trithérapies antirétrovirales, les traitements en vigueur.

« Nous explorons là une réelle opportunité de guérir le VIH. C’est un défi énorme et il est encore trop tôt pour vraiment se prononcer, mais les progrès sont remarquables » déclare Mark Samuels, directeur du National Institute for Health Research Office for Clinical Research Infrastructure, au Royaume-Uni. Ce nouveau traitement est actuellement testé par une cinquantaine de personnes. D’après les scientifiques, il n’y a plus aucune trace de VIH dans le sang du patient. Si ces résultats venaient à se confirmer dans le temps, il s’agirait là du premier cas de rémission et surtout, de la découverte d’un traitement efficace contre ce fléau qui touche 37 millions de personnes dans le monde.

Pour Sarah Fidler, médecin praticienne à l’Imperial College de Londres, « cette thérapie est spécialement conçue pour nettoyer le corps de tous les virus du VIH, y compris les dormants. Elle fonctionne en laboratoire et il y a des preuves qu’elle fonctionnera aussi sur l’être humain. Mais il faut souligner que nous sommes encore loin d’une thérapie réelle. Nous allons continuer les tests médicaux durant les cinq prochaines années, alors pour le moment, nous conseillons de continuer la trithérapie » tempère-t-elle.

Il faut noter qu’à ce jour, une seule personne a guéri du VIH dans l’histoire. C’était Timothy Brown en 2008, après une greffe de cellules souches provenant d’un patient qui présentait une immunité naturelle au VIH.

Sources : the telegraph, the sunday times