Le goulot d’étranglement de l’oxygène : un obstacle à l’émergence de civilisations extraterrestres ?

exoplanète extraterrestres oxygène feu
Crédits : Дмитрий Ларичев/istock

Un article récent soulève une problématique intéressante concernant les extraterrestres intelligents et leur capacité à développer une technologie avancée : le goulot d’étranglement de l’oxygène. De quoi parle-t-on précisément ?

L’importance du feu

L’oxygène atmosphérique libre occupe une place prépondérante en tant qu’indicateur clé dans la quête de vie potentielle dans l’univers. Sa présence est également intrinsèquement liée à la possibilité d’émergence d’une vie intelligente. Sur notre planète, cet élément est en effet indissociable de l’évolution humaine, revêtant un rôle crucial dans divers aspects de notre développement.

Et pour cause, l’oxygène, au-delà de son rôle vital dans la respiration, a joué un rôle fondateur en favorisant l’avènement du feu. Cette source d’énergie primitive aura été un catalyseur déterminant pour l’établissement et l’évolution de la civilisation humaine.

La cuisson des aliments a par exemple non seulement rendu les repas plus digestes et nutritifs, libérant ainsi de l’énergie pour le corps, mais a également eu des implications évolutives en favorisant le développement du cerveau. De plus, le feu a été utilisé comme un outil de contrôle de l’environnement permettant aux humains de chasser plus efficacement et de façonner leur habitat selon leurs besoins.

Selon les chercheurs, le rôle le plus significatif du feu dans notre histoire aura cependant été son utilisation comme source d’énergie. Initialement, il assurait notre survie en nous procurant de la chaleur, élargissant ainsi notre capacité à coloniser divers environnements. Puis, au fil du temps, son utilisation a évolué vers des applications plus avancées, allant de la fabrication d’outils à la fusion des métaux, ce qui a grandement contribué à notre progression technologique.

Ce lien entre l’oxygène, le feu et le développement technologique souligne ainsi l’importance critique de la composition atmosphérique dans le façonnement des civilisations intelligentes.

Des conditions bien précises

Cependant, d’après une étude récente, il existerait un point critique en termes de pourcentage d’oxygène dans l’atmosphère pour que le feu soit viable. En dessous de 18,5 % d’oxygène, des chercheurs ont en effet découvert que les chances de combustion sont limitées, tandis qu’au-delà de 35 %, la combustion devient si efficace que les forêts ne peuvent plus croître.

Ainsi, sur une planète extraterrestre avec par exemple seulement 1 % d’oxygène, des créatures intelligentes pourraient émerger, mais elles ne seraient jamais en mesure de découvrir les avantages du feu pour leurs propres besoins. L’absence d’oxygène dans l’air limiterait en effet leur développement, les condamnant à l’incapacité de manipuler des outils de manière sophistiquée, de cuire des aliments, de défricher la terre ou même de fondre des métaux?

exoplanète extraterrestres oxygène feu
Crédits : Muhammet Emin Oyar/istock

« S’il n’y a pas d’oxygène dans l’atmosphère, il n’y aura pas d’espèce technologique »

Cette restriction, baptisée « le goulot d’étranglement de l’oxygène » par l’équipe de recherche, pourrait potentiellement expliquer pourquoi nous n’avons pas encore détecté de civilisations extraterrestres technologiquement avancées. Bien que d’autres moyens de produire de la chaleur soient envisageables, comme la concentration des rayons d’étoiles ou l’énergie géothermique, aucun n’est aussi simple et aussi répandu que la combustion.

« La présence de degrés élevés d’oxygène dans l’atmosphère est comme un goulot d’étranglement qu’il faut franchir pour avoir une espèce technologique« , résument ainsi les chercheurs. « Tout le reste peut s’arranger, mais s’il n’y a pas d’oxygène dans l’atmosphère, il n’y aura pas d’espèce technologique. »

L’équipe de chercheurs suggère que cette observation pourrait guider la recherche d’intelligence extraterrestre en nous incitant à rechercher des planètes riches en oxygène. Dans le cas où des technosignatures potentielles seraient détectées, les niveaux d’oxygène sur ces planètes pourraient alors indiquer si une technologie avancée est réellement probable ou non. Si les niveaux sont trop bas, il serait alors prudent de rester sceptique quant à la présence d’une civilisation technologique.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Astronomy.