in

Les Google Cars mesurent et cartographient désormais la pollution de l’air !

Crédits : Google

Cette nouvelle expérience est très prometteuse. Google met actuellement ses voitures-cartographes à disposition des chercheurs travaillant sur la pollution atmosphérique. Une première ville américaine a déjà fait l’objet d’une étude poussée.

Équipées de capteurs mobiles, les Google Cars sillonnent la ville d’Oakland en Californie (États-Unis). Il s’agit de la toute première fois qu’une ville américaine mesure la pollution en utilisant à la fois les stations météo et les capteurs des véhicules fournis par le géant américain.

Le but ? Mesurer la concentration de particules fines (PM) en provenance de la combustion du bois et du charbon, de celle du dioxyde de nitrogène et de l’oxyde nitrique ainsi que du pot d’échappement des véhicules. Le projet baptisé Google Earth Outreach a déjà donné naissance à une sorte de « Google Maps de la pollution ».

Les premières mesures ont permis de dresser un tableau de la pollution tous les 10 mètres et celles-ci sont présentées sur la carte par le biais de couleurs différentes suivant l’intensité. Allant du jaune au rouge, la carte montre les taux de gaz nocifs les plus réduits en clair et les taux les plus importants en foncé. Il s’avère que même sans changer de rue, la concentration de ces gaz peut radicalement varier.

Les Google Cars ont effectué des mesures durant une année et ont couvert 200 km² du territoire de la ville d’Oakland. Si cette ville a été désignée, cela n’est sûrement pas arrivé par hasard. En effet, Oakland accueille le cinquième port du pays et d’innombrables axes routiers. Les enfants de moins de cinq ans y sont deux fois plus souvent hospitalisés pour des soucis respiratoires que partout ailleurs dans la région. Cependant, face au succès du projet, d’autres villes pourraient en faire partie.

« Google aime les grands défis. La cartographie de la pollution, la sensibilisation du public à ce problème et l’aide à la mise en place de solutions, c’est un grand défi, et nous sommes enthousiastes d’y prendre part », a déclaré Karin Tuxen-Bettman, directrice du projet.

Comme le montre la vidéo de présentation ci-dessous, le projet Google Earth Outreach permettra entre autres de mesurer l’impact des catastrophes nucléaires et de surveiller la déforestation !

Sources : Futura SciencesClubicLes Numériques