in ,

Guerre en Ukraine : Google Maps permet de contourner la censure en Russie

Crédits : hanibaram / iStock

Alors que la Russie a pris des mesures concernant Facebook et Twitter, de nombreux internautes se servent de l’application Google Maps pour informer les citoyens russes sur ce qu’il se passe réellement en Ukraine.

Pression sur les médias indépendants et réseaux sociaux

Avec l’invasion de l’Ukraine, la Russie mène aussi une véritable guerre de communication. Connu pour sa censure, le pays a sans surprise attaqué ses derniers médias indépendants comme la radio historique Ekho Moskvy ainsi que la chaîne de télévision en ligne Dojd. Le gouvernement a également pris des mesures envers les réseaux sociaux Facebook et Twitter. Comme l’expliquait Mashable le 1er mars 2022, les autorités russes affirment que l’organe de supervision des médias Roskomnadzor a sollicité l’administration de Meta Platforms, Inc. (Facebook) L’objectif ? Supprimer les restrictions imposées par le réseau social Facebook aux médias russes et expliquer la raison de leur mise en place.

Nick Clegg, responsable des affaires internationales de Meta a donné une version différente des faits. Selon lui, les autorités russes ont demandé au groupe de ne plus effectuer de vérifications sur les informations relayées par les médias proches du Kremlin. Après le refus de Meta, les autorités ont donc restreint l’accès à la plateforme. Twitter a également confirmé un blocage, mais ce dernier est partiel. La population y a toujours accès, mais le débit est fortement ralenti.

Contourner la censure avec Google Maps

Sur Twitter, une astuce permet toutefois de continuer à informer le peuple russe sur les événements réels se déroulant actuellement en Ukraine. Une première publication de @Konrad03249040 serait à l’origine du phénomène (voir ci-après).

Cet utilisateur appelle les citoyens des différentes villes ukrainiennes à se connecter à Google Maps et laisser des avis sur les pages des cafés, restaurants et autres magasins appartenant notamment à des Russes afin de dévoiler la vérité. Par ailleurs, la publication a identifié @LiteMods, un compte qui serait en lien avec le célèbre collectif Anonymous. Grâce à sa popularité, ce dernier a contribué à diffuser le message en masse en partageant le tweet. Outre la volonté d’informer, il est aussi question d’apporter du soutien à l’Ukraine en général, mais également aux anti-Poutine en Russie. Certains messages annoncent le décès de milliers de soldats russes chaque jour, d’autres s’adressent directement aux propriétaires des établissements pour critiquer le président russe.

Enfin, la guerre de communication se poursuit encore sur d’autres plateformes. Le 2 mars, Engadget évoquait un possible blocage de Wikipédia en Russie. Le Roskomnadzor s’est adressé aux éditeurs d’un article sur l’invasion de l’Ukraine. L’organe juge en effet qu’une liste des décès chez les soldats russes et une autre concernant les civils ukrainiens est fausse.