in ,

Google a partagé des milliards de données utilisateurs pour aider à lutter contre le Covid-19

Le géant américain Google a récemment annoncé avoir partagé ses données dans plus d’une centaine de pays. Ce partage est principalement dirigé vers les autorités responsables de la santé publique. L’objectif ? Suivre l’évolution de la pandémie mais également l’efficacité du confinement via l’observation de l’évolution de la fréquentation des lieux.

Des milliards de données utilisateurs

Il y a peu, nous nous demandions s’il fallait vraiment traquer les mobiles afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19. Ensuite, pas moins de huit opérateurs européens ont affirmé être prêts à partager leurs données de géolocalisation. Toutefois, l’anonymat des données sera garanti, comme le prévoit le Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD).

Dans un communiqué publié le 3 avril 2020, Google a indiqué vouloir participer à cet effort. Or, le géant dit avoir déjà partagé des milliards de données utilisateurs Android via une plateforme nommée COVID-19 Community Mobility Reports. Plus précisément, il s’agit de données provenant de son système d’exploitation mobile. Celles-ci ont été agrégées via Google Maps et anonymisées avant d’être communiquées sur la plateforme. Sur cette dernière les données de 131 pays sont disponibles dans des fichiers PDF.

téléphone smartrphone
Crédits : Pexels

La France également concernée

Le rapport concernant la France (PDF en anglais / 12 pages) évoque des changements en termes de mobilité des personnes. Depuis le début du confinement dans notre pays, la fréquentation a chuté de 88 % au niveau des lieux de commerce et de loisirs. Par ailleurs, cette chute est de -87 % dans le cas des stations de train, de métro et de bus, de – 82 % pour les parcs publics et de -72 % pour les épiceries et pharmacies. Les lieux de travail sont aussi concernés, avec une baisse de “seulement” 56 %. Les données évoquées sont relatives à la France en général mais le rapport fait également le point région par région.

Dans le rapport, Google s’adresse à la fois aux utilisateurs et aux responsables de la santé publique. Il s’agit entre autres de comprendre comment les recommandations en matière de distanciation sociale sont appliquées par la population. Google rappelle au passage que ce type de rapports ne doivent pas être utilisés dans le cadre de diagnostics ou traitements médicaux ou encore de conseils concernant des déplacements personnels entre les zones urbaines et rurales. Enfin, Google a indiqué qu’après la pandémie, ces activités prendront fin et que la plateforme sera fermée.