in

De la glace sur Mercure, planète la plus proche du Soleil

Crédits : GooKingSword / Pixabay

Les scientifiques de l’équipe MESSENGER ont confirmé la présence de glace sur la surface, malgré des températures pouvant atteindre plus de 400°C.

MESSENGER, en orbite autour de mercure depuis 2011 a observé de la glace sur une des planètes les plus chaudes du système solaire. C’est le manque d’atmosphère qui lui permet d’exister, du fait des différences extrêmes de températures entre ombre et soleil dans le vide spatial, de 470 à -170°C.

En croisant les données d’altimétrie laser, ainsi que des observations optiques et radar, les scientifiques ont été capable de mettre en évidence une réflectivité accrue dans des cratères très au nord, et perpétuellement plongés dans l’ombre. Cette observation est encore une preuve de la présence de glace, suspectée depuis 20 ans. La  réflectivité importante pointe aussi vers une glace relativement « propre », et donc probablement jeune par rapport au système solaire (de l’ordre de la dizaine de millions d’années, les astronomes ayant une conception de « jeune » différente de nous autres).

La Lune de la Terre recèle aussi de la glace, mais son apparence est très différente et suggère une origine beaucoup plus ancienne, de l’ordre de plusieurs milliards d’années. Les différences entre la glace présente sur la Lune et celle sur Mercure pourraient être la clé de la compréhension du transport de l’eau au sein du système solaire, un sujet encore mal compris.

La quantité d’eau piégée dans ces cratères est estimée à un millier de kilomètres cube, soit plus de 10 fois le volume du Lac Léman.

En rouge, la zone abritée en permanence du soleil. A : radar; B : altimétrie laser; C et D images optiques, éclairées depuis différentes directions.)
En rouge, la zone abritée en permanence du soleil. A : radar; B : altimétrie laser; C et D images optiques, éclairées depuis différentes directions.)

Source : Nouvelle étude du journal Geology