in

Un gigantesque trou noir découvert impressionne les scientifiques

Crédits : Image simulée par ordinateur / NASA, ESA, and D. Coe, J. Anderson, and R. van der Marel (STScI)

Ce mercredi 6 avril, la Nasa a annoncé la découverte d’un trou noir supermassif qui étonne les scientifiques, d’une part par sa masse et d’autre part par sa localisation, dans une partie de l’univers qui abrite peu d’entités cosmiques.

C’est un véritable « monstre spatial » qui a été découvert par les scientifiques de l’Agence spatiale américaine, la Nasa, comme elle l’a annoncé ce mercredi. Un trou noir dont la masse étonne les scientifiques, à savoir 17 milliards de fois celle de notre Soleil, une masse qui a en effet dépassé de 10 fois leurs estimations initiales. Celles-ci étaient basées sur le rapport existant entre la taille d’un trou noir et celle de sa galaxie, mais cette corrélation s’est avérée erronée pour les trous supermassifs, comme l’explique un astronome.

Mais une autre particularité de ce trou noir étonne les scientifiques, sa localisation. Situé à 200 millions d’années-lumière de notre Terre, ce trou noir se trouve au cœur de la galaxie elliptique NGC 1600, dans une partie de l’univers qui abrite peu d’entités cosmiques. « Trouver un trou noir géant dans une galaxie massive et dans un espace abritant de nombreux objets célestes est tout à fait attendu, c’est comme voir des gratte-ciels à Manhattan. Mais il est beaucoup moins probable de les trouver dans de petits villages« , explique Chun Pay Ma, auteur principal de l’étude et scientifique de l’Université de Berkeley, en Californie.

Les scientifiques de la Nasa estiment que ce trou noir supermassif (qui qualifie les trous noirs dont la masse est environ 10 milliards de fois plus importante que celle du Soleil) s’est formé au cours de la fusion de deux autres entités de ce type, survenue elle-même au fil des fusions de galaxies. Le gaz issu des collisions entre les galaxies a alors été absorbé, lui offrant cette masse gigantesque.

Cette découverte est particulière puisque, jusqu’ici, tous les trous noirs supermassifs n’avaient été découverts qu’au centre de très grandes galaxies, situées dans des parties de l’univers abritant de multiples objets célestes. Celle-ci « pourrait confirmer que les objets célestes géants de ce type ne sont pas aussi rares qu’on le croyait » comme l’écrit la Nasa.

Source : Nasa