in ,

Gaspillage des ressources, comment l’éviter ?

déchets poubelle
Crédits : Fevziie Ryman/iStock

La gestion des déchets n’implique pas simplement la fin de vie des objets. Elle suppose le recyclage ou la réutilisation de ceux-ci afin de réduire le gaspillage des ressources. En effet, le gaspillage ne concerne pas uniquement le produit, mais les ressources mobilisées pour sa fabrication, sa commercialisation, son transport et son usage. D’où la nécessité de mettre en place des politiques qui prennent en compte la problématique du recyclage dans les projets de développement.   

Quelques chiffres clés pour s’en convaincre

Les exemples ci-dessous suffisent à illustrer le niveau de gaspillage qu’entraînent nos modes de production actuels. Tenez par exemple, la production et l’élimination d’un smartphone nécessitent 70 kg de matières premières. Ce chiffre correspond au poids du téléphone multiplié par 600. Par ailleurs, la production d’un kilo de viande mobilise environ 15 000 litres d’eau. De plus, nous utilisons près de 4 % de l’eau potable disponible sur la planète pour produire nos vêtements. Enfin, produire une tonne de papier revient à utiliser 300 000 litres d’eau et 2000 litres de pétrole.

eau potable
Crédits : 3345408/Pixabay

Ce n’est donc pas la production en elle-même qui pose problème, mais les moyens mis en œuvre pour produire les richesses. Cela va sans dire, nos méthodes de production doivent désormais s’inscrire dans la dynamique d’un développement durable en évitant, autant que faire se peut, le gaspillage des ressources. Cela passe par l’adoption des éco-gestes qui, en plus d’être simples, nous aident à préserver nos ressources et notre environnement.

Concernant le gaspillage alimentaire, les chiffres disponibles donnent le vertige et interpellent sur la pertinence de ces pratiques. À titre d’illustration, le tiers des terres agricoles de la planète produit de la nourriture qui ne sera jamais consommée. En France, le chiffre de 10 milliards de kilogrammes représente la quantité de nourriture que nous jetons chaque année à la poubelle. Toujours selon les statistiques, chaque Français gaspille en moyenne l’équivalent de 240 euros de nourriture par an, soit un coût total de 16 milliards d’euros si on applique ce chiffre à l’ensemble de la population.          

Comment éviter le gaspillage en adoptant les bons gestes ?

Le terme éco-gestes désigne l’ensemble des solutions alternatives destinées à préserver la planète en réduisant le volume des déchets qui nuisent à l’environnement. Ces gestes s’appliquent dans plusieurs secteurs d’activité qui vont de l’alimentation aux biens d’équipement en passant par les produits d’entretien et bien d’autres. En matière d’éco-gestes, le plus important est de questionner l’usage, l’utilité ou encore la nécessité de l’objet que l’on souhaite acquérir.

Besoin d’un outillage spécifique pour la réalisation de tâches ponctuelles ? Quoi de plus normal ! Mais au lieu de se lancer dans des achats compulsifs, pourquoi ne pas se renseigner sur la possibilité d’emprunter ou même de louer ? Vous pouvez aussi privilégier l’achat d’articles d’occasion que vous pourrez ensuite revendre ou offrir quand l’objet devient inutile.    

En outre, il est conseillé de choisir des objets durables et de songer à prolonger leur durée de vie. Évitez au maximum les objets jetables qui n’offrent très souvent aucune alternative au recyclage et partant, à la réutilisation. Pour les spécialistes, l’adoption des éco-gestes s’inscrit dans une démarche vertueuse et respectueuse de l’environnement. En effet, l’intérêt de ce procédé est de parvenir à une réduction du gaspillage de ressources. Par exemple, en augmentant la précision d’étalonnage des machines-outils qui surconsomment des matières premières, les industries pourraient grandement participer à la pérennité de notre planète.

Quelques exemples d’éco-gestes à mettre en place

Parmi les réflexes à mettre en place pour redonner une seconde vie à vos objets, figurent en bonne place la réparation, le réemploi et la réutilisation. Ces actions participent aujourd’hui à la mise en place d’une économie circulaire. Leur principal bénéfice est de favoriser la réduction de la production des déchets aux multiples effets nocifs sur l’environnement.

La réparation est une activité permettant de rendre fonctionnel un objet ou un bien. Le Code de l’environnement définit la réparation comme étant une étape préparatoire à la réutilisation. Autrement dit, pour réutiliser un objet, celui-ci doit préalablement être réparé. De ce point de vue, la réparation vise à prolonger l’usage de vos objets et à réduire la quantité des déchets produits. Bien plus, elle agit comme un soutien aux entreprises locales. Car elle contribue au développement durable en limitant le transport.

téléphone réparation
Crédits : VladTeodor/iStock

On ne le dira jamais assez, l’économie d’énergie, de l’eau, des matières premières et la limitation des rejets de gaz polluants dans l’atmosphère sont parmi les nombreux bénéfices que l’on tire en adoptant des éco-gestes dans notre quotidien.       

Le réemploi est le fait, pour un propriétaire, d’offrir ou de vendre un objet usuel à un tiers. Ce procédé permet à l’objet en question d’avoir une seconde vie. Le réemploi est de ce point de vue une solution efficace pour lutter contre le gaspillage des ressources. Dans le secteur agro-alimentaire, tout acte visant à jeter, à perdre ou à laisser la nourriture se dégrader est considéré comme du gaspillage alimentaire. Ce phénomène va en s’amplifiant dans le secteur de la grande distribution où l’on observe de grandes quantités de nourriture qui se perdent au quotidien.