in

Ce gant novateur va vous permettre de soulever 40 kg sans efforts !

Au Portugal, une équipe de chercheurs est parvenue à mettre au point un sérieux atout pour les personnes ayant subi un traumatisme limitant leurs capacités musculaires, un gant exosquelettique permettant de soulever sans effort particulier des charges pouvant aller jusqu’à quarante kilos.

Des ingénieurs et chercheurs portugais ont réussi à mettre au point un gant incroyable destiné à la rééducation de personnes malades ou traumatisées et qui est capable de se substituer à la perte des capacités motrices liées à la main. Les personnes équipées de ce gant présenté par la société portugaise Nuada vont être capables de soulever des charges jusqu’à quarante kilogrammes sans aucun effort supplémentaire.

L’idée est partie d’une expérience personnelle pour l’un des fondateurs de la société Nuada. Filipe Quinaz, pratiquait un art martial et a fait face à un problème d’atrophie musculaire après une s’être cassé le poignet. Le nom choisi pour sa société ne doit rien au hasard. « Dans la mythologie celtique, il y avait un dieu qui était considéré comme le roi des dieux et son nom était Nuada. Il était bon et aidait les gens. Cependant, lors d’une bataille sa main a été coupée. Ainsi, il n’était plus parfait et a donc été contraint d’abandonner son trône. Puis un tyran est venu et a plongé l’humanité dans les ténèbres. Cependant, le dieu de la guérison a donné au roi des dieux une prothèse d’argent et il est redevenu parfait », explique-t-il au magazine Sputnik.

© PHOTO. FACEBOOK/NUADA

Les applications pour ce gant exosquelettique sont évidentes dans le domaine médical pour permettre aux personnes souffrant de traumatismes de récupérer des fonctions motrices, mais aussi pour les personnes âgées par exemple. Mais ce gant pourrait également trouver d’autres applications, notamment dans le domaine militaire. « Des unités de l’armée portugaise, ainsi que des armées étrangères, y compris les Américains, nous ont déjà contactés, car ils sont tous très intéressés par notre technologie », ajoute M. Quinaz.

Source