in

Gabon : Un lieu de plaisance futuriste va voir le jour à Libreville

Crédits : Manuel Dohmen / Wikimedia Commons

Le front de mer de Libreville sera réaménagé dans les années à venir. Dans une optique d’aider le Gabon à devenir un pays émergeant dés 2025, le port sera agrandi et bénéficiera d’un rayonnement international.

Le concours international pour le réaménagement urbain et paysager du front de mer de Libreville a été organisé en janvier 2014 par l’Agence Nationale des Grands Travaux (ANGT) du Gabon. Les vainqueurs de ce concours sont les agences Arte Charpentier architectes, Thébaud Urbanisme et Paysage (TUP) et Traitvert.

Le Port-Môle fera donc l’objet d’un réaménagement qui prévoit une extension sur l’océan atlantique multipliant par 10 sa superficie actuelle, de 4 à 43 ha. Un nouveau front de mer qui sera au cœur d’une valorisation du patrimoine écologique tout en devenant un lieu de plaisance futuriste sur l’ancien Port de Libreville. Cinq points stratégiques incarneront la nouveauté du quartier : la nouvelle marina, la place Triomphale, le Village des Arts, la Jetée et l’Ile au Monument.

Le but est également de structurer la ville et de rétablir l’équilibre entre les piétons et les véhicules, de créer une ville plus attrayante, plus sûre et plus propre avec des espaces publics de grande qualité, renforcer l’identité locale, l’esprit du lieu et améliorer l’image de la ville par des transports non motorisés. Les agences veulent développer une zone commerciale et culturelle, qui cumulera un musée, un centre de conférences de 10.000 places, des boutiques, des restaurants, des hôtels, une plage, des terrains de sports.

Les aménageurs du nouveau front de mer seront amenés à travailler l’ambiance représentées par les places, placettes, trottoirs, corniches, allées, embarcadère pour mettre en avant une symbolique importante autour du Gabon. Mobilier urbain varié (mâts, totems, mobilier d’éclairage) pour un confort nocturne optimal assurant sécurité et propreté. Un mobilier qui sera voulu typique, en phase avec l’identité des gabonais. Une notion d’écotourisme responsable sera apportée : gestion intelligente de l’eau (récupération des eaux de pluie), choix des matériaux de construction, et aménagement de grands panneaux d’affichage à l’attention des habitants et des visiteurs suivant différentes thématiques comme par exemple la nature, les actions environnementales, la faune, la culture, les arts…

La question de la nature sur ce front de mer se pose également. Le choix des arbres est primordial pour leur adaptation à l’espace urbain, tandis que l’on prévoit une harmonie avec le bâti. Ainsi, l’ombre qu’ils portent, leur densité, la façon dont ils protègent de la pluie, leur floraison et leur fructification auront leur importance. Le choix des plantes sera relative à la qualité de vie recherchée pour cet espace urbain, notamment sur les rives humides, apportant un soutien à la gestion de l’eau.

Les nouvelles ambitions économiques, culturelles et touristiques du Gabon incarnent le renouveau du pays. Devenir un pays émergeant en 2025 implique une réflexion sur l’attraction de la ville par sa modernisation et sa dimension durable. Ainsi, le front de mer de Libreville (Port-Môle) sera amené à devenir la zone économique, culturelle et touristique la plus importante de l’Afrique centrale et de l’ouest tout en assurant son rayonnement international.

Source : Archicaine.org