in ,

Le futur de l’alimentation voulu par les transhumanistes

Crédits : iStock

Si l’humanité produit théoriquement assez de nourriture pour alimenter l’ensemble des habitants de la Terre, le fait est qu’un tiers de ces denrées finissent en déchets et que des millions d’individus souffrent encore de la faim. Comment peut-on nourrir tout le monde sans gaspillage et surtout, en respectant la planète ?

Les transhumanistes, ces personnes pensant que l’humain doit être amélioré au niveau de ses caractéristiques physiques et mentales via les moyens technologiques, estiment également qu’il faut révolutionner l’alimentation. Il s’agit de pouvoir nourrir l’espèce humaine entière tout en protégeant notre planète et ses ressources. Cette question a été soulevée, parmi d’autres, durant le dernier Transvision, un colloque international réunissant les experts du transhumanisme, qui s’est déroulé du 9 au 11 novembre 2017 à Bruxelles (Belgique).

Ces chercheurs, philosophes et autres scientifiques estiment que le fait de se nourrir ne doit être seulement motivé par la recherche du plaisir gustatif. Outre la promotion de la consommation d’insectes (plus nourrissants et respectueux de l’environnement) produits notamment en Europe par la société française Micronutris ou encore la consommation d’algues, le colloque a évoqué l’ouvrage de 2004 Live long enough to live forever (« Vivre assez longtemps pour vivre pour toujours ») de Ray Kurzweil et Terry Grossman.

Véritable mélange entre technologie et nutrition, cet ouvrage indique que les avancées scientifiques permettent de choisir son alimentation de façon à éviter les problèmes de santé et de s’assurer une certaine longévité. Ainsi, certains aliments sont célébrés au contraire de la viande, qui est de plus en plus décriée et ce depuis quelques années déjà.

Citons également le cas de David Peace, philosophe transhumaniste qui a adopté une alimentation végane. Cependant, ce dernier avoue prendre des nootropes, ces cachets permettant d’augmenter les capacités cognitives. En revanche, l’intéressé a déclaré ne pas en prendre « tant que ça parce que la littérature autour des effets secondaires liés aux cocktails créés est encore faible. »

Le colloque revient également sur le cas du Soylent, une boisson (faite à partir d’OGM) qui offrirait au corps humain l’intégralité des nutriments requis pour être en bonne santé. Il faut tout de même savoir que cette boisson, clairement associée au transhumanisme, est largement critiquée pour sa négation de la fonction sociale du repas ainsi que la négligence du besoin de variété dans l’alimentation que celle-ci peut causer chez les consommateurs. Tout n’est peut-être pas bon à prendre en matière de nutrition chez les transhumanistes !

Sources : Mashable01net.com