in

Voie Lactée vs Andromède : les conséquences d’une fusion à venir

Crédits : NASA; ESA; Z. Levay et R. van der Marel, STScI; T. Hallas; et A. Mellinger

Selon de nouvelles simulations, Andromède et de la Voie lactée fusionneront complètement dans dix milliards d’années environ. Moins de dix-sept millions d’années après cette alliance définitive, leurs trous noirs supermassifs se rapprocheront alors pour ne faire qu’un.

La Voie lactée évolue au sein d’un ensemble de galaxies connu sous le nom de Groupe local, tout comme Andromède. Nous savons depuis le début des années 1900 que ces deux galaxies se rapprochent l’une de l’autre. Une fusion est donc inévitable. D’après les dernières données du satellite Gaia, de l’ESA, actuellement en orbite autour de la Terre, cette rencontre ne se fera non pas dans 3,9 milliards d’années comme on le supposait, mais dans 4,3 à 4,5 milliards d’années. Toutefois, tout ne se fera pas en un jour.

Dans le cadre d’une étude récente, une équipe dirigée par l’astronome Riccardo Schiavi s’est appuyée sur des simulations informatiques à N corps pour estimer les conséquences de cette rencontre cosmique.

Une fusion définitive dans dix milliards d’années

Pour ces travaux, les chercheurs ont d’abord estimé le nombre d’objets massifs impliqués dans les deux galaxies. Nous savons également qu’Andromède (ou M31) est légèrement inclinée face à la Terre et qu’elle se rapproche de 110 km/s. Enfin, la distance qui sépare les deux galaxies est d’environ 2,55 millions d’années-lumière. Une fois ces informations en main, vous pouvez lancer les simulations.

D’après ces analyses, les premiers groupes d’étoiles commenceront à se croiser dans environ 4,3 milliards d’années comme prévu. Cependant, les deux galaxies fusionneront ensuite complètement environ six milliards d’années plus tard. Elles formeront alors une galaxie elliptique géante que les chercheurs ont baptisée « Milkomeda » (fusion de Milky Way et d’Andromeda). La vidéo ci-dessous illustre ce processus de fusion en accéléré.

Deux trous noirs pour ne faire qu’un

Ces nouvelles simulations nous donnent également un nouvel aperçu de ce qu’il adviendra des deux trous noirs supermassifs positionnés au centre de ces deux galaxies. D’après l’équipe, ils fusionneront environ 16,6 milliards d’années après la formation définitive de Milkomeda.

Juste avant que ces deux trous noirs ne se fracassent l’un contre l’autre, des ondes gravitationnelles seront générées avant de se propager dans l’Univers. D’après les chercheurs, toute civilisation évoluant à moins de 3,25 millions d’années-lumière de la Terre qui possèdera une technologie de détection comparable à nos capacités actuelles sera capable de détecter les « échos » de cette collision.

Tout comme le prévoit la NASA, il est peu probable que les étoiles se heurtent au cours de cette fusion tant les distances qui les séparent sont énormes.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.