in

Fusion nucléaire : le réacteur coréen bat son propre record

Crédits : Michel Maccagnan

La Corée du Sud est récemment parvenue à maintenir un plasma de fusion à cent millions de degrés Celsius pendant trente secondes au sein de son réacteur expérimental KSTAR. Il s’agit d’un nouveau record pour le pays et d’un pas de plus vers la maîtrise de la fusion nucléaire.

L’énergie des étoiles

À ne pas confondre la fission nucléaire, la fusion nucléaire est un processus par lequel deux noyaux atomiques s’assemblent pour former un noyau plus lourd. Cette réaction à l’oeuvre au cœur des étoiles permet de dégager une quantité colossale d’énergie « propre », de manière quasi illimitée. De nombreux pays, dont la France, ont investi dans des réacteurs visant essentiellement à recréer ce processus stellaire ici sur Terre, mais à plus petite échelle.

Pour ce faire, le premier grand défi implique de faire chauffer de l’hydrogène gazeux à plus de cent millions de degrés Celsius jusqu’à former un nuage de plasma. Le second grand défi consiste à contrôler ce nuage avec des aimants ultra-puissants suffisamment longtemps pour que les atomes puissent fusionner et libérer de l’énergie.

Au cours de ces dernières années, certains réacteurs expérimentaux ont réussi à faire grimper les températures suffisamment haut pour obtenir du plasma. Le plus compliqué, c’est de maintenir ces températures dans le temps. En ce sens, plusieurs pas ont été franchis, notamment par le réacteur sud-coréen KSTAR.

soleil artificiel kstar fusion corée
Crédits : National Research Council of Science & Technology

Nouveau record pour la Corée

L’appareil, dont la construction a été achevée en 2007, avait déjà établi un premier record mondial en 2016 en maintenant un plasma chauffé à 50 millions de degrés Celsius pendant 70 secondes. En 2018, KSTAR avait ensuite réussi à maintenir une température de cent millions de degrés Celsius pendant 1,5 seconde, puis pendant huit secondes en 2019, avant d’établir un record à vingt secondes en décembre 2020.

Désormais, comme le rapporte Business Korea, les scientifiques travaillant sur l’appareil KSTAR ont fait un autre pas en avant significatif en étendant ce délai à trente secondes grâce à du matériel de plus en plus optimisé. L’équipe viserait désormais à maintenir ce plasma pendant 300 secondes en 2026.

Notez qu’il ne s’agit pas ici d’un nouveau record mondial. Il y a quelques mois en Chine, le tokamak supraconducteur expérimental avancé (EAST), l’un des six réacteurs à fusion chinois, a en effet récemment maintenu un plasma chauffé à 120 millions de degrés Celsius pendant 101 secondes, ainsi qu’un nuage à 160 millions de degrés Celsius pendant vingt secondes. Ce même réacteur vise désormais à maintenir des impulsions de plasma pendant mille secondes.